Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   Ces dates de départ que vous devez bannir pour partir en vacances d’été sans vous ruiner

Ces dates de départ que vous devez bannir pour partir en vacances d’été sans vous ruiner

Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris vont chambouler le quotidien des Français. Évitez surtout ces dates pour vos vacances d’été.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Les Français s’apprêtent à planifier leurs vacances d’été. Pourtant, un événement d’envergure internationale vient bouleverser le tableau des traditionnels repos. Cette année, l’Hexagone, préféré aux destinations exotiques, se métamorphose en une scène d’aventure urbaine sous l’effet des Jeux Olympiques.

L’événement va, sans équivoque, perturber les circulations et faire augmenter le coût des vacances. Pour mieux planifier vos congés, évitez certaines dates.

Les JO vont bouleverser les vacances d’été

Du 26 juillet au 11 août, la capitale française se mue en épicentre des festivités olympiques. Après ce premier volet, les Jeux Paralympiques s’ensuivent, du 28 août au 8 septembre.

Ces compétitions, bien plus qu’un simple rassemblement sportif, marquent un chapitre historique pour la nation. Toutefois, cet honneur s’accompagne d’une nécessité d’adaptation pour les résidents et les vacanciers.

À voir Vacances d’été : attention, jusqu’à 1 500 euros d’amende pour ce geste sur les plages

D’abord, les voies de circulation se retrouveront réquisitionnées pour les besoins des athlètes. Cette exclusivité va par conséquent entraîner des perturbations notables dans les transports.

Des sites emblématiques deviendront temporairement inaccessibles pour les vacances d’été. Et il est à prévoir que les services publics subiront également les contrecoups de cet événement mondial.

L’afflux de visiteurs internationaux induira ainsi une hausse des tarifs. Notamment dans les cités olympiques telles que Paris, Marseille ou Villeneuve d’Ascq.

Faites des économies pour vos vacances d’été

Les JO vont donc inévitablement faire augmenter les prix pour les vacances d’été en France. Selon les observations d’Abritel et Expedia, les tarifs hôteliers atteignent leur apogée entre le 5 et le 11 août. La dernière semaine des congés scolaires, du 26 août au 1ᵉʳ septembre, s’avère toutefois plus clémente pour le portefeuille.

Concernant les billets d’avion, la période du 29 juillet au 4 août pèse lourd sur les finances, contrairement à celle du 19 août, plus abordable.

À voir Vacances d’été gâchées ? Cette terrible épidémie touche la France de plein fouet et le responsable est le moustique tigre

Pour contourner ces hausses, la flexibilité se présente comme la stratégie gagnante. Être malléable sur les dates et ouvert à de nouvelles destinations peut non seulement alléger les dépenses, mais également enrichir l’expérience de découverte. Connaître les départements les plus prisés par les touristes peut également orienter vers des choix plus judicieux.

Par ailleurs, la traditionnelle migration hors saison demeure une alternative séduisante. En septembre, la baisse de la demande s’accompagne d’une réduction des prix. En reportant vos vacances d’été, vous allez donc avoir l’opportunité de s’évader sans se ruiner et dans un cadre moins saturé de visiteurs.

Les dates de départ qu’il faut éviter

Xavier Rousselou, porte-parole d’Expedia, Abritel et Hotels.com, nous alerte sur certaines périodes à éviter pour optimiser notre budget vacances. Dans une récente interview accordée à Cosmopolitan, il partage ses recommandations pour esquiver les pics tarifaires.

Selon Rousselou, deux intervalles se distinguent par leur coût prohibitif : la dernière semaine de juillet et le début du mois d’août. Ces dates coïncident non seulement avec les Jeux Olympiques, mais elles sont également synonymes d’une inflation généralisée des coûts hôteliers et aériens. Et ce, même au-delà des frontières parisiennes.

D’autre part, l’été représente traditionnellement une période de forte affluence touristique. Alors, comme chaque année, cette saison va exacerber la compétition pour l’accès aux prestations touristiques.

Rousselou met en garde : « Il peut rester de la place, mais il faut savoir que ça sera plus cher au niveau des prestations touristiques, mais aussi où il y aura plus de monde. »

Vous aimez ? Partagez !