Vous êtes ici :   Accueil   >   France   >   Toucher le chômage après avoir démissionné ? Ces nouvelles conditions qui changent tout

Toucher le chômage après avoir démissionné ? Ces nouvelles conditions qui changent tout

Vous avez démissionné et vous vous demandez si vous pouvez toucher le chômage ? Découvrez les nouvelles conditions en vigueur.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Démissionner est souvent un choix qui exclut de bénéficier des allocations chômage. Cependant, les règles évoluent et il est désormais possible, dans certains cas, de percevoir des indemnités après une rupture de contrat. Découvrez les conditions récentes qui pourraient impacter votre situation.

Démission et chômage, les conditions actuelles

La démission et le chômage sont des sujets qui nécessitent une compréhension claire des conditions actuelles. En général, l’allocation chômage est réservée aux individus qui sont licenciés ou qui concluent une rupture conventionnelle. Cependant, il existe des cas particuliers à ce principe.

En effet, dans certaines situations, les personnes démissionnant de leur emploi peuvent également avoir droit à des allocations chômage. Ces motifs légitimes peuvent inclure des raisons familiales, telles que la nécessité de s’occuper d’un enfant ou d’un parent malade. Ils peuvent aussi concerner des raisons professionnelles, comme un déménagement pour suivre son conjoint.

Par ailleurs, il existe des raisons de sécurité que les autorités considèrent comme légitimes. Un exemple concret concerne un salarié qui fait face à des conditions de travail dangereuses. De son côté, l’employeur n’a pas pris les mesures adéquates pour y remédier.

À voir Chômage : augmentation de l’allocation dès le 1er juillet, voici le nouveau montant de la hausse

En somme, l’allocation chômage se réserve aux personnes licenciées ou ayant conclu une rupture conventionnelle. Cependant, il existe des exceptions. Ces cas spéciaux touchent les démissions motivées par des circonstances légitimes.

Les conditions de la nouvelle réforme

À partir du 1er décembre 2024, une réforme majeure de l’assurance chômage entrera en vigueur. L’objectif principal de cette réforme est de faciliter l’accès à l’assurance chômage pour les travailleurs démissionnaires. En particulier ceux qui veulent travailler dans d’autres domaines.

Cette réforme prévoit la création d’un dispositif spécifique pour ceux qui veulent entamer une reconversion. Ces anciens salariés pourront obtenir l’assurance chômage s’ils démissionnent pour suivre une formation ou pour démarrer une activité entrepreneuriale. Cette mesure vise à encourager la mobilité professionnelle. Elle soutient également les personnes qui souhaitent se réorienter vers des secteurs en demande de main-d’œuvre.

De plus, la réforme prévoit également la suppression du critère de recherche d’emploi. Ce changement concerne ceux bénéficiant de ce dispositif de reconversion. Cela signifie que ces travailleurs ne seront pas tenus de prouver qu’ils recherchent activement un emploi pour obtenir l’assurance chômage. Cette mesure facilitera leur transition vers une nouvelle carrière.

Ainsi, la réforme du 1er décembre 2024 facilite l’accès au chômage pour les démissionnaires. Elle cible particulièrement ceux qui souhaitent se reconvertir dans un autre domaine. La réforme supprime le critère de recherche d’emploi. Elle offre aussi un soutien financier pour suivre une formation ou démarrer une activité entrepreneuriale.

À voir Chômage : ces nouvelles règles d’indemnisation au 1er juillet qui vont tout changer

Focus sur la condition d’affiliation assouplie pour le chômage

La réforme de l’assurance chômage à partir du 1er décembre 2024 assouplit la condition d’affiliation. Ce critère passe de la 1 300 jours travaillés sur les 60 derniers mois. Désormais, elle sera de 1 300 jours travaillés sur les 72 derniers mois. Ce changement offre une plus grande flexibilité pour les parcours atypiques.

En effet, cela permet à un plus grand nombre de salariés de bénéficier de l’assurance chômage. En effet, cette modification élargit la période de référence. Cela est notamment bénéfique pour ceux ayant connu des périodes d’activité intermittente ou des parcours professionnels non linéaires.

Vous aimez ? Partagez !