Vous êtes ici :   Accueil   >   France   >   Assurance chômage : les allocataires perdent très gros à cause de cette mesure passée inaperçue

Assurance chômage : les allocataires perdent très gros à cause de cette mesure passée inaperçue

Une mesure de la réforme de l’assurance chômage retient toute l’attention. Elle entraîne une perte considérable aux allocataires.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

La réforme de l’assurance chômage, prévue pour entrer en vigueur en décembre 2024, apportera de grands changements. Les règles pour percevoir l’allocation deviendront plus strictes. Et cette tendance ne semble pas prête à s’arrêter. Une nouvelle mesure, récemment introduite, risque de causer des pertes importantes pour les allocataires. Détails !

Les règles durcies pour l’assurance chômage

Les nouvelles règles de la réforme de l’assurance chômage frappent de plein fouet les demandeurs d’emploi. Parmi les mesures les plus marquantes, il y a la réduction de la durée d’indemnisation. Pour ceux ayant moins de 57 ans, elle passera de 18 à 15 mois.

Les séniors âgés de plus de 57 ans verront aussi leur période d’indemnisation maximale fixée à 22,5 mois.

De plus, cette durée d’indemnisation va dépendre de la situation du marché du travail. Avec un taux de chômage inférieur à 9 % et sans progression de 0,8 point sur un trimestre, elle diminue de 25 %. Par contre, si ce taux augmente de plus de 0,8 point sur trois mois, cette durée reviendra à 24 mois.

À voir Taxe d’habitation : cette déclaration à faire impérativement pour ne pas payer plein pot

Outre la réduction de la durée d’indemnisation maximale de l’assurance chômage, la réforme impacte aussi le nombre de mois de travail requis. Jusqu’à présent, les demandeurs d’emploi doivent travailler 6 mois au cours des 24 derniers mois pour accéder à l’allocation. Pourtant, la règle va changer. Cette exigence passera à huit mois de travail lors des 20 derniers mois.

Une nouvelle mesure

La liste des mesures visant à accéder aux allocations chômage continue de s’allonger. Et les nouvelles règles ne demeurent pas faciles.

Dimanche 26 mai 2024, Gabriel Attal a confirmé une nouvelle mesure dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage. Cette fois-ci, le changement porte sur la mensualisation de l’allocation chômage.

La décision ne date pourtant pas d’hier. Cette mensualisation demeurait déjà évoquée dans l’accord trouvé entre les partenaires sociaux en novembre 2023. Il s’agit d’une nouvelle règle qui s’inscrit dans la continuité de la réforme de 2019.

Des indemnités journalières perdues

Jusqu’à présent, les indemnités de chômage journalières varient selon le nombre de jours dans le mois. Cela signifie que les montants diffèrent pour les mois de 28, 29, 30 et 31 jours. Avec la réforme de l’assurance chômage, le calcul ne dépendra plus du nombre jours dans le mois.

À voir Ces produits que tout le monde achète en supermarché coûteront une fortune, la raison dévoilée

D’après Ouest-France, les allocations vont se baser sur un nombre fixe de 30 jours par mois. Par conséquent, les demandeurs d’emploi seront perdants durant les mois de 31 jours. Cette mesure entraînera au total une perte d’indemnités de 6 jours par an.

Le but de la réforme de l’assurance chômage

Les conséquences de ces changements pour les demandeurs d’emploi ne sont pas moindres. Ce durcissement des règles d’accès à l’assurance chômage entraînera sans doute une dégradation de leurs conditions financières.

Par contre, le gouvernement justifie ces mesures en affirmant qu’elles favorisent le retour rapide à l’emploi. Les travailleurs, pour éviter de perdre leur droit à l’allocation doit faire en sorte de trouver un emploi, avec plus d’efforts.

Ce n’est pas tout ! Cette réforme poursuit aussi un objectif financier pour le gouvernement. Ce dernier espère en effet réaliser des économies substantielles. D’après les estimations de l’Unédic, uniformiser la mensualisation permet à l’État d’économiser jusqu’à 950 millions sur trois ans.

Source : Ouest-France

Vous aimez ? Partagez !