Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Nouvelle hausse des petites retraites de l’Agirc-Arrco : ce nouveau dispositif en 2024

Nouvelle hausse des petites retraites de l’Agirc-Arrco : ce nouveau dispositif en 2024

Les petites retraites attendent une revalorisation. Elle serait sur le point de voir le jour. Découvrez les dernières informations.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Bonne nouvelle pour les bénéficiaires du régime complémentaire de l’Agirc-Arrco : les partenaires sociaux envisagent la mise en place d’un nouveau dispositif de solidarité. Ce dernier vise à revaloriser les pensions de retraites complémentaires les plus modestes à partir de 2024.

Après la suppression du malus au 1ᵉʳ décembre et l’augmentation de 4,9 % des retraites complémentaires depuis le 1ᵉʳ novembre, une initiative positive se profile pour certains assurés de l’Agirc-Arrco en 2024.

Les bonnes nouvelles s’enchaînent

Depuis le 1ᵉʳ décembre 2023, les Français qui cotisent auprès de l’Agirc-Arrco sont heureux. Pourquoi ? Car le malus n’existe plus. C’est la fin de ce système qui existe depuis seulement 2019. Mais de toute évidence, il n’a pas réussi à convaincre.

Mais c’est quoi le malus ? Il s’agissait d’une décote de 10% sur la pension complémentaire pendant trois ans à partir de l’âge légal du départ à la retraite. 

À voir Retraite : 8 solutions pour obtenir facilement des trimestres sans travailler plus, les concernés

Il était impossible de toucher l’intégralité de sa pension durant trois ans ? Pas vraiment. En réalité, pour ne pas subir la décote, il fallait travailler au-delà de l’âge légal. Une année supplémentaire.

Ainsi, si vous pouvez partir à la retraite à 62 ans, vous deviez continuer jusqu’à 63 ans pour toucher votre pension entière. Mais ce malus appartient désormais au passé depuis quelques jours. 

Et maintenant, les Français qui touchent une bien faible retraite espèrent qu’une revalorisation verra le jour. Le gouvernement en parlait durant la campagne politique pour vendre aux citoyens la réforme de toutes les polémiques. Alors, la pension minimale à 1 200 euros va-t-elle voir le jour pour de bon ?

Une revalorisation pour les petites retraites ?

Les partenaires sociaux, responsables du régime de retraite complémentaire pour 13 millions de salariés, se sont réunis le 28 novembre pour discuter de la revalorisation des pensions complémentaires les plus modestes. 

Ces discussions font suite à la réforme des retraites de 2023, qui, en rallongeant la durée de cotisation pour tous, permet au régime de retraite complémentaire d’accroître ses réserves.

À voir Retraite : une bonne nouvelle attend enfin les pères de familles ?

Le gouvernement a insisté pour que cette manne financière soit partiellement redistribuée, notamment en faveur des bénéficiaires de pensions modestes. Cela permettrait ainsi de se rapprocher la promesse présidentielle d’une pension minimale de 1200 euros (85 % du Smic).

C’est la dernière question en suspens pour les gestionnaires de l’Agirc-Arrco, comme le stipule le dernier accord national interprofessionnel qui détaille les règles de gestion du régime jusqu’en 2027.

Qui bénéficiera de cette hausse des retraites ?

Il reste à définir qui bénéficiera de cette augmentation des pensions complémentaires les plus modestes. Bien que cela soit difficile à préciser actuellement, la mesure vise les retraités qui perçoivent de faibles pensions.

Mais à partir de quand une pension est-elle faible ? On parle de toutes celles qui sont inférieures à 85 % du Smic (environ 1200 euros en 2023). 

Les partenaires sociaux devront d’abord établir le nombre de personnes concernées par cette condition avant de déterminer le mécanisme et le montant de l’augmentation.

Une option consiste à attribuer un certain nombre de points gratuits. Ces derniers font grossir le montant de la retraite complémentaire. Ce dispositif n’est pas nouveau, il existe déjà. Mais il faut convenir de règles et de conditions d’attribution. 

Vous aimez ? Partagez !