Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Impôts : certains Français vont payer moins en 2024, les concernés

Impôts : certains Français vont payer moins en 2024, les concernés

En 2024, certains contribuables Français paieront moins d'impôts. Mais comment expliquer cette baisse ?

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Pour l’année 2024, la loi de finances ne prévoit malheureusement aucune baisse directe des impôts. Cependant, une réduction du montant à payer par rapport à l’année 2023 est possible. Comment ? Grâce à une réforme qui impacte l’évolution du barème d’imposition pour toutes les tranches. Découvrez si cette mesure vous concerne.

Moins d’impôts pour certains Français ?

L’élan des réformes fiscales des dernières années, avec notamment la suppression de la taxe d’habitation et la refonte de l’impôt de solidarité sur la fortune, ne se poursuit pas en 2024. Contrairement aux attentes de baisses d’impôts, la loi de finances pour cette année ne propose pas de réduction directe du prélèvement sur le revenu. Cependant, une bonne nouvelle peut vous concerner concernant les impôts.

Bien que l’impôt sur le revenu ne connaisse pas une baisse directe, il est possible que le montant à payer diminue pour de nombreux contribuables français. Cela concerne surtout ceux qui n’ont pas connu une augmentation de salaire.  

Comment cela est-il possible ? Le gouvernement a mis en place une réforme liée à l’évolution du barème d’imposition. Elle est susceptible de conduire à une réduction globale du montant dû, comme l’indique Econostrum.info.

À voir Retraite : vous devez vite télécharger ce document sur votre espace personnel avant la fin du mois (Agirc-Arrco)

Un changement dans le barème des impôts

La loi de finances pour 2024 introduit une indexation du barème de l’impôt sur le revenu à l’inflation. Cette mesure implique une hausse des seuils d’imposition après leur ajustement selon l’inflation de 2023.

Par conséquent, le montant de l’impôt à payer devrait diminuer. Pour qui ? Principalement pour ceux dont les salaires ont connu une croissance modérée. Selon l’Institut des politiques publiques (IPP), cité dans une étude, les contribuables de l’impôt sur le revenu seront légèrement gagnants en 2024, en moyenne, étant donné que les salaires ont progressé un peu moins vite que l’inflation.

Bercy estime que cette indexation représente un manque à gagner de 6,1 milliards d’euros pour les finances publiques, comme le rapportent Les Echos.

Concrètement, le relèvement prévu des seuils pour chacune des cinq tranches des impôts (0% – 11% – 30% – 41% – 45%) constitue la clé de cette diminution. Par exemple, le seuil de la tranche de 0% à 11% passerait de 10 777 euros à 11 294 euros par an. Cela correspond à une réévaluation de plus de 4,8%. Ce réajustement, équivalent à la compensation de l’inflation de 2023, entraînerait une baisse du montant de l’impôt à payer.

Des économies en vue

Il est important de souligner que le bénéfice réel dépendra de l’évolution des revenus de chaque contribuable. Prenons l’exemple d’un célibataire qui gagne 2 600 euros par mois. En 2023, il bénéficie d’augmentation de salaire inférieure à l’inflation. Il pourrait alors économiser jusqu’à 308 euros en 2024. En effet, il devrait payer 2 645 euros d’impôts, et non plus 2 953 euros, comme le rapporte TF1.

À voir Retraite : bonne nouvelle pour certains retraités, les pensions vont augmenter, les concernés

En dépit de ces ajustements favorables, certains contribuables de la tranche la plus élevée subissent l’effet boomerang de leur enrichissement. La contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR) ajoute 3 % à l’impôt sur le revenu pour les revenus supérieurs à 250 000 euros (pour une personne seule) et 4 % au-delà de 500 000 euros. 

En raison de la forte inflation des dernières années, de plus en plus de contribuables dépassent ces seuils. Ils permettent de générer un rendement de 1,5 milliard d’euros, contre 40 000 un an auparavant.

Vous aimez ? Partagez !