Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   Eaux en bouteille : sont-elles nocives pour la santé ?

Eaux en bouteille : sont-elles nocives pour la santé ?

Les eaux en bouteille peuvent-elles présenter un risque pour notre santé ? Retour sur la dernière polémique en date à ce sujet.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Les Français ont la chance de pouvoir consommer l’eau du robinet. Mais certains citoyens ne jurent que par les eaux en bouteille. Dès qu’ils vont faire les courses, ils reviennent chez eux avec plusieurs packs. 

La raison est simple. Souvent, ils expliquent que les eaux en bouteille sont moins risquées que l’eau du robinet. En effet, ils estiment qu’elles contiennent des éléments plus intéressants pour la santé (comme le magnésium). En outre, puisque des groupes traitent les sources, les risques pour la santé seraient minimes. Mais les experts de 60 millions de consommateurs lancent l’alerte.

Eaux en bouteille et polémiques

S’il est courant d’entendre à quel point les eaux en bouteille sont pures et bonnes pour la santé, est-ce pour autant une réalité ? Si nous suivons les informations, ce n’est pas vraiment le cas. En janvier dernier, par exemple, une enquête du Monde révélait que Nestlé et d’autres industriels dissimulaient des contaminations dans l’eau qu’ils pompaient. Pour continuer à commercialiser ces eaux, ils auraient utilisé des systèmes de purification interdits.

Bien évidemment, les résultats de cette enquête font craindre le pire aux amateurs d’eaux en bouteille. Et pour cause, s’ils les achètent, c’est en pensant que ces eaux minérales naturelles ne subissent aucun traitement de purification. Pour une raison simple : un traitement peut altérer la composition.

À voir Eaux en bouteille contaminées : 8 marques dans le collimateur des autorités

Malheureusement, ces pratiques de purification sont plus courantes que ce que les consommateurs pensent. De quoi les pousser à ne plus acheter des eaux en bouteille. 

Eaux en bouteille : la crainte des consommateurs

Les experts de 60 millions de consommateurs nous signalent que 30 % des marques d’eaux en bouteille pourraient être concernées par ces pratiques. Si les consommateurs de Volvic peuvent se rassurer (la marque n’apparaît pas dans l’enquête), d’autres peuvent s’inquiéter.

Le groupe Sources Alma, qui produit Cristaline, est visé par l’enquête, tout comme les marques Contrex, Hépar, Perrier et Vittel, toutes propriétés de Nestlé. Des marques que nous retrouvons dans nos supermarchés et que les amateurs d’eaux en bouteille achètent régulièrement.

Que risquent alors ces consommateurs ? Pouvons-nous parler de risques humains, de risques environnementaux, des deux à la fois ?

Des risques pour les clients ?

Malgré ces révélations, Xavier Lefebvre, ingénieur agroalimentaire à l’INC, assure qu’il n’y a pas de danger à consommer ces eaux en bouteille. Les fraudes concernent la commercialisation d’eau similaire à celle du robinet à un prix bien plus élevé, sans risque pour la potabilité de l’eau.

À voir Des excréments dans ces eaux en bouteille phare dans tous les supermarchés en France

Cependant, les déchets plastiques des bouteilles posent des risques environnementaux à long terme. Également, certaines marques surexploitent les ressources en eau dans des régions sujettes à la sécheresse. En outre, notons que des polémiques naissent, non pas du fait de la qualité des eaux en bouteille à la base, mais au sujet du plastique des bouteilles. En effet, la présence de microplastiques peut causer de vrais problèmes sur la santé. Mais l’absence de recul nous empêche de connaître la réelle dangerosité. 

Outre les questions de santé, cette affaire soulève des préoccupations environnementales. En effet, les déchets plastiques des bouteilles d’eau minérale contribuent à la pollution et à la dégradation des écosystèmes. 

Cette enquête nous apprend à ne pas uniquement nous fier à ce que nous entendons. Les eaux en bouteille ne sont malheureusement pas, par définition, meilleures que l’eau du robinet. Il faut prendre en compte différents facteurs.

Source : 60 millions de consommateurs

Vous aimez ? Partagez !