Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   Automobilistes : ces choses sont interdites en présence d’un enfant et peuvent vous coûter cher

Automobilistes : ces choses sont interdites en présence d’un enfant et peuvent vous coûter cher

Lorsqu’un automobiliste conduit des enfants, il doit respecter quelques règles supplémentaires pour la sécurité des mineurs. Que dit le Code de la route ?

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

La sécurité des enfants est un sujet qui touche le cœur de chaque parent, grand-parent et tout autre adulte qui s’en occupe. Elle concerne aussi tous les automobilistes ayant la responsabilité de transporter des enfants en voiture. Découvrez ces choses à respecter lorsque vous roulez en présence d’enfants.

Une vigilance maximale pour les automobilistes

Vous vous demandez peut-être pourquoi il y a tant d’insistance sur des règles spécifiques pour les enfants. La réponse est simple : les enfants sont par nature plus vulnérables et délicats. Ils méritent donc une protection particulière, surtout lorsqu’ils sont sur la route.

En cas d’accident, les enfants courent des risques bien plus grands que nous, les adultes. Et n’oublions pas que leurs organes, plus fragiles, sont moins aptes à supporter les chocs violents. D’où ces règles à l’encontre des automobilistes.

Comment vous devez placer vos enfants

Comme nous le savons tous maintenant, les enfants ne sont pas de simples passagers. Les automobilistes doivent ainsi avoir une attention et des équipements spécifiques pour voyager en toute sécurité avec eux.

À voir Automobilistes : cette grosse amende si vous stationnez de cette façon sur une place autorisée

D’abord, vous ne devez pas placer des enfants comme les adultes dans une voiture. Pourquoi ? Parce que leur sécurité en dépend. Des sièges auto spéciaux, conçus pour s’adapter à leur croissance, sont alors indispensables. Ces dispositifs sont les garants de leur protection en cas de choc ou d’accident.

La loi est claire : un enfant de moins de dix ans ne doit pas prendre place sur le siège avant. C’est une règle non négociable, sauf dans deux cas bien précis :

– Si votre véhicule ne dispose pas de banquette arrière, une exception est faite ;
– Ou si le passager avant est un bébé, il peut y être installé, mais sous conditions strictes.

En parallèle, l’automobiliste doit s’assurer que tous les enfants à bord se trouvent correctement attachés avec la ceinture de sécurité. L’omission de l’une de ces règles entraîne une amende de 135 euros.

Les règles pour les sièges bébé

Ensuite, pour placer un bébé à l’avant, l’automobiliste doit respecter deux critères vitaux. De un, positionner le siège bébé dos à la route ; de deux, désactiver l’airbag passager pour prévenir tout risque de blessure en cas de déploiement.

À voir Automobilistes : les infractions routières les plus graves qui peuvent vous coûter une fortune

Ne l’oublions pas, le non-respect de ces règles n’est pas sans conséquences. Outre le danger encouru par l’enfant, les automobilistes s’exposent aussi à une amende de 135 euros lors d’un contrôle routier.

Pour les automobilistes fumeurs

Le tabagisme au volant en présence de mineurs a toujours été un sujet sensible, mais crucial. En France, la législation est stricte et vise à protéger les plus jeunes des méfaits de la fumée secondaire, surtout dans l’espace confiné d’une voiture.

Il est vrai que fumer au volant se trouve autorisé en France, mais cette liberté s’arrête là où commence la santé des enfants. La présence de mineurs dans le véhicule change la donne et interdit strictement de fumer.

Si un automobiliste se fait prendre en train de fumer en présence d’enfants, il doit s’attendre à des sanctions financières sévères. L’amende de base est de 135 euros, mais elle peut s’élever jusqu’à 750 euros en fonction des circonstances.

Vous aimez ? Partagez !