Vous êtes ici :   Accueil   >   Tendance   >   Automobilistes : l’intérieur de votre voiture est très dangereux pour votre santé, voir mortel

Automobilistes : l’intérieur de votre voiture est très dangereux pour votre santé, voir mortel

Les automobilistes ignorent qu'ils sont en danger dans leur voiture à cause des constructeurs automobiles.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Les automobilistes ont conscience que, sur la route, ils doivent impérativement respecter les règles. Si tous les conducteurs les respectent, alors les routes sont plus sûres et les accidents moins nombreux.

En effet, il est impératif de faire de la voiture un moyen de locomotion moins dangereux. Le souci, c’est que le danger ne se trouve pas uniquement dans les habitudes de comportement des automobilistes. Une étude que l’on retrouve dans Environmental Science & Technologies tire la sonnette d’alarme. 

Les automobilistes et la sécurité

Le Code de la route existe pour faire en sorte que les routes sont plus sécurisées que jamais. Pour les automobilistes, mais aussi pour tous les autres. Quand vous êtes au volant de votre voiture, vous avez une réelle responsabilité. 

C’est pourquoi on demande aux automobilistes de connaître les règles du Code de la route. On le sait, certaines sombrent dans les abysses de la mémoire. Mais pour limiter les risques des accidents, on demande aux conducteurs de se replonger dans leurs vieux manuels. 

À voir Automobilistes : ces voitures ne pourront plus rouler dès juillet, faites très attention

Aujourd’hui encore, la voiture est de très loin le moyen de locomotion le plus dangereux. On la retrouve très loin devant le train, le tramway ou encore l’avion. Avec tous ces autres moyens de locomotion, les risques d’accidents sont bien moindres. 

Mais il y a autre chose, un autre danger qui vient de l’intérieur de votre voiture. Et ça, vous l’ignorez sans doute. On vous présente les résultats d’une étude qui va en surprendre plus d’un.

La voiture est dangereuse pour les automobilistes

Cette étude va logiquement interpeller les millions de personnes qui utilisent régulièrement leur véhicule. Sans le savoir, ces automobilistes subissent une exposition à une intoxication progressive. Les coupables sont les retardateurs de flamme, des produits chimiques qu’on utilise pour réduire les risques d’incendie.

Évidemment, ces composants sont très utiles. Mais les constructeurs en mettent trop, sans prendre en considération les effets néfastes qu’ils ont sur la santé des automobilistes. Or, ces problèmes sont une réalité. 

En effet, plusieurs études se penchent sur la question. Elles lient notamment ces retardateurs de flamme avec des cancers, des problèmes de fertilité, des troubles thyroïdiens et des altérations du système nerveux.

À voir Les automobilistes n’utilisent pas cette fonction pourtant elle fait économiser du carburant

Ces produits dangereux se trouvent principalement dans la mousse des sièges des voitures, où ils s’évaporent lentement dans l’habitacle. C’est de cette manière qu’ils exposent les occupants à leur inhalation ou à leur ingestion. Cette exposition est particulièrement préoccupante pour les automobilistes qui passent en moyenne une heure par jour dans leur voiture, et encore plus pour les passagers, en particulier les jeunes.

Comment limiter les risques ?

Les automobilistes ne peuvent pas arrêter de prendre leur voiture. Il faut aller au travail, conduire les enfants à l’école, etc. Or, les analyses montrent que ces substances dangereuses se trouvent dans la mousse des sièges et dans l’air de la voiture. En outre, la concentration augmente avec la chaleur. 

Pour réduire les risques, Lydia Jahl, co-autrice de l’étude, recommande d’éviter d’utiliser le mode de recyclage de l’air dans les véhicules, qui recycle l’air intérieur, et d’aérer régulièrement en ouvrant les fenêtres. 

Les constructeurs ainsi doivent réfléchir à une solution pour lutter contre ces composants dangereux pour la santé. En effet, les automobilistes se mettent en danger tous les jours, et cela ne doit pas durer. 

Vous aimez ? Partagez !