Vous êtes ici :   Accueil   >   Actus   >   Augmentation des prix : ces changements à prévoir dès maintenant dans tous les supermarchés et hypermarchés

Augmentation des prix : ces changements à prévoir dès maintenant dans tous les supermarchés et hypermarchés

L’augmentation des prix terrorise les ménages, des moins modestes aux plus démunis. Bientôt, des changements vont s’appliquer au sein des magasins.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Malgré un recul cette année, l’inflation continue de peser sur les ménages. Elle se traduit notamment par la perte du pouvoir d’achat, en parallèle à la flambée des prix. Pour que les consommateurs ne se sentent écrasés par l’augmentation des prix, certaines grandes enseignes passent par un procédé presque frauduleux. Face à cela, le gouvernement a, alors, mis en place de nouvelles règles.

Les commerces face à l’augmentation des prix

Au cours des dernières années, les crises se sont succédé, entraînant une augmentation des prix et donc l’inflation. Nous avons d’abord traversé la crise sanitaire du coronavirus, qui a eu des impacts profonds sur l’économie et le pouvoir d’achat. Plusieurs magasins ont même dû fermer leurs portes.

Alors que cette vague de crise mondiale s’apaisait progressivement, un autre problème majeur est apparu : le conflit russo-ukrainien. Ce conflit a considérablement affecté le prix des carburants. Ce qui a, encore une fois, provoqué une hausse des prix des produits, accentuant ainsi l’inflation.

Puis vient cette année 2024, le climat économique mondial, notamment en France, semblait s’apaiser. En effet, l’Insee a annoncé un recul notable de l’inflation. « En avril 2024 , le taux d’inflation en France était de 2,3 % alors qu’il était à 6,9 % au même mois de l’année 2023. », a confirmé Statista.

À voir Attention à ces annonces, ce sont des arnaques redoutables et vicieuses, tout le monde se fait avoir

Une autre crise influençant l’augmentation des prix

En dépit des bonnes nouvelles, une troisième crise sévit depuis plusieurs mois et commence à se faire sentir en France : la Crise de la mer Rouge. Mais qu’est-ce que cela implique ?

Cette voie maritime est comme une autoroute reliant la Méditerranée à l’Océan Indien. Il joue un rôle crucial en connectant directement l’Asie à l’Europe dans les deux sens.

Cependant, suite à une attaque dans cette région, les coûts d’affrètement des marchandises ont doublé. Les distributeurs sont donc contraints de pratiquer une augmentation des prix.

Un procédé malhonnête dans les supermarchés

L’augmentation des prix submerge les rayons des supermarchés. Mais derrière cette inflation galopante se cache un stratagème bien rodé : la « shrinkflation ». Un mot-valise qui résume une réalité amère pour les consommateurs français.

Imaginez-vous devant l’étalage de votre produit préféré. Le packaging est toujours le même, mais quelque chose cloche. Vous le saisissez, le retournez, et là, la révélation : la quantité a changé. Pourtant, le prix, lui, reste obstinément le même ou élevé.

À voir Ce type de chaussures que tout le monde met en été peut nuire gravement à votre santé

Heureusement, le gouvernement a dégainé une arme législative pour contrer cette augmentation des prix illégale. L’arrêté du 16 avril 2024, entre en vigueur en juillet 2024. Il vise à informer les consommateurs sur les produits dont la quantité a diminué. Les supermarchés doivent, par conséquent, placer une affichette mentionnant les modifications concernant les prix et la quantité du produit.

Des sanctions aux règles de l’augmentation des prix

Le gouvernement a décidé de prendre des mesures drastiques pour protéger les consommateurs et maintenir l’équilibre économique. Parmi ces mesures, l’application de sanctions financières aux enseignes qui ne respectent pas les règles.

Pour les individus, comme les responsables de magasins, l’amende peut atteindre jusqu’à 3 000 euros. Quant aux entreprises qui cherchent à contourner les règles des augmentations des prix, elles s’exposent à une sanction pouvant aller jusqu’à 15 000 euros.

À l’encontre des grandes surfaces récalcitrantes, la Répression des fraudes, quant à elle, peut émettre une injonction d’agir, assortie d’une astreinte journalière.

Les consommateurs doivent aussi rester vigilants. Car si les supermarchés « à prédominance alimentaire » de plus de 400 mètres carrés sont concernés, les magasins plus modestes ne le sont pas. Il est possible que ces petites enseignes vendent les mêmes produits, provenant du même fournisseur.

Vous aimez ? Partagez !