Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Taxe foncière : les locataires bientôt obligés d’en payer une partie ? À quoi vous attendre

Taxe foncière : les locataires bientôt obligés d’en payer une partie ? À quoi vous attendre

Alors que la taxe d'habitation a été supprimée pour les locataires, un autre impôt pourrait bientôt peser sur leurs charges fiscales. Il s’agit de la taxe foncière.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Alors que les contribuables français font face aux tumultes de la déclaration fiscale, la question de la taxe foncière s’impose avec son lot d’inquiétudes. Traditionnellement acquittée par les propriétaires, cette charge financière, déjà lourde, pourrait peser davantage avec l’augmentation prévue de 3,9 % cette année.

Cette perspective fait craindre un resserrement du budget pour de nombreux propriétaires. Par ailleurs, une interrogation persiste : les locataires devront-ils bientôt participer au paiement de la taxe foncière ?

Vers un partage des charges de la taxe foncière

Le président de l’Union Nationale de la Propriété Immobilière, Sylvain Gratalou, a plaidé pour une répartition plus équilibrée de la charge fiscale. Cela concerne les locataires et propriétaires vis-à-vis de la taxe foncière.

Intervenant sur Europe 1 le 20 avril 2024, il a évoqué la nécessité d’un « rééquilibrage des choses ». Selon lui, la suppression de la taxe d’habitation pour les locataires n’est pas une mesure qu’il soutient pleinement. Au contraire, il préconise une plus grande implication des locataires, notamment en les faisant contribuer à la taxe foncière.

À voir Taxe foncière : la mauvaise nouvelle va bientôt tomber, ce qui attend les propriétaires cet été

« Il est normal que les propriétaires contribuent à aider les pouvoirs publics au sens large. Mais ce qui est absolument honteux, c’est que ce soient les seuls à participer à cela. Il faut que ce soit un effort collectif. », précise-t-il à l’antenne.

Réforme de la taxe foncière pour une équité fiscale

Sylvain Gratalou pense que la justice fiscale ne peut être atteinte que par la participation de tous. Les locataires comme les propriétaires doivent à cet effet contribuer au budget des services publics, et ce de manière équitable.

Gratalou, avec la fermeté d’un visionnaire fiscal, argumente : « On constate qu’on est particulièrement exigeant avec les communes, notamment en termes de nouvelles mobilités, de transports, etc. Il faut bien financer tout ça et on ne demande qu’à une seule catégorie de la population de financer cela. »

Modifier la loi pour intégrer les locataires dans le paiement de la taxe foncière nécessitera toutefois l’approbation des députés. Mais est-ce que la proposition pourrait rencontrer de la résistance ?

L’IFI pointé du doigt

Toujours dans le cadre de ce débat sur la taxe foncière, un autre avantage fiscal se trouve pointé du doigt. L’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) attire l’attention de Sylvain Gratalou pour ses exemptions notables. Pour quelle raison, diriez-vous !

À voir Taxe foncière : la mauvaise nouvelle va tomber, à quoi vous attendre dès cet automne

Les actifs tels que les yachts, jets privés, chevaux de course, voitures de luxe et lingots d’or, ainsi que les œuvres d’art, sont  donc exclus de l’assiette de cet impôt. L’IFI, conçu pour stimuler l’investissement et encourager le retour des grandes fortunes en France, est perçu par certains comme un privilège accordé aux plus aisés.

« Quand on est propriétaire bailleur, on participe à la vie de l’État. C’est-à-dire qu’on loge des concitoyens, on rénove un parc immobilier qui est vieillissant. Donc il y a toute une action économique du propriétaire bailleur que n’a pas celui qui est propriétaire de yachts ou d’œuvres d’art qui, lui, ne paye pas d’impôts. », rappelle-t-il.

Il appelle à une répartition plus équitable des charges fiscales, notamment de la taxe foncière. Affaire à suivre…

Source : Europe 1

Vous aimez ? Partagez !