Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   AAH : l’État vient d’annoncer une bonne nouvelle pour tous les allocataires

AAH : l’État vient d’annoncer une bonne nouvelle pour tous les allocataires

Certains bénéficiaires de l'AAH redoutent une décision du gouvernement. Ils risquent de perdre beaucoup d'argent. 

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

L’annonce de Gabriel Attal concernant la future suppression de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS) n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Et elle pose un problème. Alors, le ministère en charge des personnes handicapées répond aux préoccupations des 15 000 Français bénéficiant à la fois de l’ASS et de l’Allocation aux adultes handicapés (AAH).

Ces bénéficiaires redoutent une baisse significative de leur pouvoir d’achat. Si la perspective de la suppression de l’ASS ne suscite guère d’enthousiasme, elle engendre de vives inquiétudes parmi ces 15 000 personnes. Des bonnes nouvelles sont-elles en vue pour eux ?

Les appréhensions des bénéficiaires de l’AAH

Les bénéficiaires de l’AAH se souviennent tous du discours de politique générale du Premier ministre Gabriel Attal. Parmi les annonces marquantes figurait la suppression de l’ASS, une prestation touchant environ 300 000 Français. Pourquoi ? Car les Français qui touchent cette aide sociale cotisent. Et le Premier ministre veut changer cela, alors que sa politique consiste à mettre le travail au centre de tout.

En annonçant la suppression de l’ASS, il tient à rassurer ceux qui touchent cette allocation. En effet, il indique alors que ces derniers ne se retrouveront pas sans ressource. Ils toucheront le RSA.

Selon le Gouvernement, cette mesure vise à encourager l’emploi des seniors. En effet, les chômeurs en fin de droits percevant l’ASS continuent de cotiser pour leur retraite, contrairement au RSA.

Cela permettait de diriger vers la retraite les Français âgés de plus de 55 ou 60 ans, sans qu’ils aient à reprendre une activité. Gabriel Attal souhaite que tous les Français retrouvent du travail. Pour lui, cette suppression est donc logique. Mais pour ceux qui touchent l’AAH, cette nouvelle fait peur.

Un dilemme pour les bénéficiaires de l’ASS et de l’AAH

De nombreuses personnes continuent de cumuler l’ASS et l’AAH, malgré la suppression de ce cumul en 2017. Initialement prévue jusqu’en 2026, la suppression de l’ASS pourrait intervenir avant cette échéance.

Or, le RSA ne peut être cumulé avec l’AAH, ce qui pourrait entraîner une perte financière importante, de plusieurs centaines d’euros par mois, pour environ 15 000 personnes concernées.

En effet, ils subiraient de plein fouet la suppression d’une aide. Sans pour autant pouvoir profiter de celle qui la remplace. Alors, c’est la panique.

Face à cette vague d’inquiétudes, le cabinet de la ministre déléguée en charge des personnes handicapées, Fadila Khattabi, affirme travailler avec tous les services de l’État pour trouver une solution viable pour les bénéficiaires concernés. 

Bien qu’aucune solution concrète n’ait encore été présentée, le ministère assure d’explorer toutes les options disponibles, offrant ainsi un brin d’espoir aux bénéficiaires de l’AAH et de l’ASS.

Une crise sociale en vue ?

Pour donner toute sa valeur au travail, le gouvernement à deux options. Il peut d’un côté augmenter les salaires et offrir une nouvelle attractivité à certains emplois. Ou alors, il peut appauvrir les plus pauvres et ceux qui ne travaillent pas. Gabriel Attal opte pour la seconde option. 

Il envisage également de renforcer les contrôles sur les chômeurs, de réduire les allocations chômage et leur durée.

Malgré cela, les bénéficiaires de l’AAH ont récemment bénéficié d’une avancée majeure : la CAF ne prend désormais plus en compte les revenus du conjoint si cela diminue le montant de l’allocation.

Une bonne nouvelle pour les bénéficiaires, qui n’ont plus à choisir entre l’amour et l’argent. L’AAH leur assure désormais une totale indépendance et une autonomie financière, même si la suppression de l’ASS vient ternir ce progrès.

Vous aimez ? Partagez !