Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Votre pension de retraite pourrait baisser en février : la raison et de combien elle diminuerait

Votre pension de retraite pourrait baisser en février : la raison et de combien elle diminuerait

Il y a du changement dans le calcul de votre pension de retraite. Découvrez les raisons de cette baisse et les concernés.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Il va y avoir des changements dans la pension de retraite à partir du versement du mois de février 2024. En effet, certains seniors verront leur pension en baisse en fonction de leurs revenus. On vous éclaire sur ce point.

Retraite : Une réévaluation des taux à partir du mois de février

Les pensions de retraite connaîtront un petit changement dès le versement prévu pour le 9 février 2024. Il faut rappeler que ce versement correspond à la pension du mois de janvier. En effet, à partir de ce versement, les autorités utilisent une nouvelle méthode de calcul.

Trois prélèvements sociaux vont être soumis au calcul de la pension de retraite. Il s’agit de la Contribution Sociale Généralisée (CSG), de la Contribution de remboursement de la dette sociale (CRDS) et de la Contribution Solidaire pour l’Autonomie (Casa). Tous les ans, ces taux changent en fonction de l’avis d’imposition.

Le changement s’applique dès le premier versement de la pension du mois de janvier, c’est-à-dire le 9 février prochain. Ainsi, si vos revenus ont augmenté lors du dernier avis d’imposition, le taux des prélèvements sociaux s’ensuit et la pension risque de baisser.

À voir Retraite : des centaines d’euros en plus pour les pensions, les Français concernés

Pour vous aider à mieux comprendre et à connaître l’estimation de cette baisse, on vous donne l’astuce. En fait, ce taux se rattache à la proportion approximative de la diminution de votre retraite. Il suffit dans ce cas de comprendre quel taux de prélèvements sociaux s’appliquent en fonction de vos revenus.

Gros plan sur les taux de prélèvements

Les personnes retraitées non-imposables, c’est-à-dire exonérées de la CSG, CRDS ou Casa, bénéficient d’un taux réduit. Il est respectivement de : CSG de 3,8 %, la CRDS 0,5 % et la Casa est de 0 %. Vous avez par la suite le taux médian. Cela se calcule avec un taux de CSG de 6,6 %, de la CRDS de 0,5 % et la Casa de 0,3 %. Et en dernier, vous avez le taux normal dont la valeur de la CSG est de 8,3 %, la CRDS de 0,5 % et la Casa de 0,3 %.

En ce qui concerne la part fiscale, les revenus qui vont jusqu’à 12 230 euros dispensent des impôts. À partir de 12 231 euros, jusqu’à 15 988 euros, on applique le taux réduit pour les prélèvements. Quand les revenus se situent entre 15 989 euros et 24 812 euros, le taux médian s’applique. Au-delà de 24 812 euros, c’est le taux normal.

Il faut savoir que ces taux de prélèvements s’appliquent à la retraite brute, selon les explications publiées sur le site spécialisé Démarches administratives. Par contre, un senior classé avec un taux réduit en 2023 reste dans cette tranche même si ses revenus ont augmenté.

Comme l’explique le site, il y a ce qu’on appelle le lissage de la disposition. Cela signifie que « les revenus doivent être années de suite à la tranche supérieure pour que le taux de prélèvements changent ». Ainsi, les seniors concernés peuvent être tranquilles sur ce point.

À voir Retraite : la démarche cruciale à ne pas oublier de faire chaque année pour garder vos droits

Retraite : Une nouvelle estimation des taux

Certains retraités doivent s’attendre à une baisse de leur pension à compter du versement du 9 février prochain. La raison ? Cela provient de la réévaluation des taux de prélèvements sociaux. Les seniors qui ont une augmentation de leurs revenus verront leur retraite à la baisse.

Rappelez-vous que les prélèvements sociaux dépendent des ressources déclarées dans l’avis d’imposition. Ainsi, quand le revenu devient plus important, le taux des prélèvements sociaux grimpe, au désavantage de la pension de retraite.

Vous aimez ? Partagez !