Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Retraite progressive : ces pièges à ne surtout pas faire pour pouvoir en bénéficier

Retraite progressive : ces pièges à ne surtout pas faire pour pouvoir en bénéficier

La retraite progressive permet de toucher la pension bien avant l’heure. Mais il ne faut pas commettre ces fautes si vous voulez l’obtenir.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

La plupart des gens ne le savent pas, mais il est possible de bénéficier d’une retraite progressive. Ce mécanisme permet d’avancer le versement de la pension. Néanmoins, les travailleurs doivent respecter quelques conditions tout en évitant de nombreux pièges pour l’obtenir.

Retraite : Un moyen intelligent de réduire le temps de travail

Il n’y a pas plus beau que de toucher la pension avant 65 ans. En effet, le gouvernement offre la possibilité aux salariés de prendre une retraite progressive. Ce mécanisme sert à réduire le temps de travail tout en touchant une part de la pension.

La retraite progressive permet donc aux travailleurs de bien préparer leur vie d’après travail. Ces personnes auront plus de temps pour s’organiser financièrement. Ainsi, elles ne manqueront pas de ressources une fois qu’elles abandonneront définitivement leur emploi.

Une nuance doit être faite entre la retraite progressive et le cumul emploi-pension. Ce dernier intervient après le travail, c’est-à-dire à partir de 65 ans en principe. Tandis que l’autre se fait en amont et l’intéressé continue de toucher un salaire selon les stipulations de son contrat.

À voir Retraite : cette situation unique qui vous permet de partir avant l’âge légal

Beaucoup de personnes ne savent pas différencier ces deux notions. Elles se ressemblent dans leur idéologie, mais leurs régimes ne sont pas semblables. La retraite progressive est plus rigide car elle dépend d’un quota trimestriel. L’autre est plus souple car la personne âgée devient indépendante.

Les conditions à respecter

Cette retraite est spécifique ! C’est un aspect qu’elle tient de ses conditions. En effet, les travailleurs doivent cotiser plus de 130 trimestres d’assurance pour en avoir droit. Ils devront donc tout faire pour arriver à ce chiffre avant leur âge légal pour la fin de carrière.

En ce qui concerne l’âge, la retraite progressive n’est possible qu’à partir de 60 ans. Donc les travailleurs ont à peu près 5 ans pour préparer leur fin de carrière. Néanmoins, ils doivent respecter la condition trimestrielle car les deux sont cumulatives.

Une autre condition très importante est la réduction du temps de travail. En effet, la retraite progressive ne peut se faire que si le salarié justifie d’une activité à temps partiel. Ce détail est important pour la détermination du montant partiel de la pension.

Même si l’obtention de la retraite progressive semble facile, il faudrait toujours agir avec prudence. En effet, certaines personnes commettent des erreurs qui ont par la suite des impacts sur leur pension. Or il existe des moyens faciles permettant de les éviter. Il suffit juste d’avoir le réflexe de vérifier certains détails.

À voir Retraite : cette situation qui permet de toucher une augmentation de l’Agirc-Arrco

Retraite : Des erreurs à éviter

Certaines personnes oublient de demander la liquidation de leur pension. Un fait très fréquent ces derniers temps d’ailleurs. Or, la retraite progressive ne peut pas aller au-delà de 65 ans. Donc, vous devez faire cette demande bien avant d’atteindre cet âge pour vous assurer d’obtenir la pension complémentaire.

Chaque travailleur doit penser à ses revenus pendant la retraite progressive. En effet, ces personnes doivent prendre en compte les impacts fiscaux qu’elles pourraient subir. Au cours de cette période, la pension est déjà soumise aux impôts alors que vous n’en touchez qu’une tranche. Il faudrait alors simuler les revenus pour ne pas avoir de regret plus tard.

Vous aimez ? Partagez !