Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Nouvelle surcote de 5% du montant de la retraite : voici comment en bénéficier

Nouvelle surcote de 5% du montant de la retraite : voici comment en bénéficier

Certains Français peuvent profiter d'une surcote intéressante sur leur retraite complémentaire. Mais comment en bénéficier ?

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Les seniors qui ont des enfants à charge peuvent désormais bénéficier d’une nouvelle surcote de 5% sur leur retraite complémentaire de l’Agirc-Arrco. Cette initiative vise à compenser les répercussions négatives de l’augmentation de l’âge légal de départ à la retraite. 

Pour tirer parti de cette mesure avantageuse, il faut remplir certaines conditions et joindre des justificatifs spécifiques. Mais en contrepartie, vous voyez votre pension complémentaire augmenter. Et c’est une bonne nouvelle.

Retraite : les conditions pour profiter de la nouvelle surcote

Cette surcote de 5% sur la retraite complémentaire n’est pas pour tout le monde. D’abord, il faut avoir au moins 63 ans. On rappelle que la récente réforme n’est pas sans conséquence pour les parents. 

En effet, le recul de l’âge légal a un impact négatif sur les trimestres cotisé au titre de la naissance ou de l’éducation des enfants. Cette nouvelle surcote veut réparer cette injustice. Ainsi, en travaillant entre 63 et 64 ans, vous pouvez profiter d’une majoration de 1,25% par trimestre. De quoi atteindre 5% sur une année.

À voir Retraites Agirc-Arrco : ce service gratuit qui va faciliter la vie de ces retraités, comment en profiter

Évidemment, seuls les retraités qui ont au moins un enfant à charge peuvent prétendre à cette surcote parentale. La définition d' »enfant à charge » englobe les mineurs (moins de 18 ans), les étudiants âgés de 18 à 25 ans, et les enfants en situation d’invalidité constatée avant l’âge de 21 ans. La majoration familiale de 5% persiste tant que le retraité a au moins un enfant à sa charge.

Les justificatifs à joindre

Chaque année, l’Agirc-Arrco envoie un document aux parents retraités pour vérifier si leur enfant est toujours à leur charge. Outre le formulaire de justification à remplir, l’assuré doit fournir des pièces justificatives attestant de la dépendance continue de son enfant.

Ces documents peuvent inclure le certificat de scolarité, le certificat d’apprentissage, l’attestation d’inscription à Pôle emploi et la carte d’invalidité. Le retraité dispose d’un mois, généralement à partir d’octobre, pour répondre à ce courrier sous peine de perdre ses droits à la majoration familiale.

C’est donc un rendez-vous annuel à ne pas rater. L’Agirc-Arrco vous le rappelle, tout comme elle insiste sur le fait de vérifier régulièrement son relevé de carrière. Pourquoi ? Pour vérifier la présence d’éventuelles erreurs.

Retraite  : les avantages de la surcote

Sachez que cette surcote concerne les deux parents. À l’origine, elle aidait simplement les mères pénalisées par le report de la retraite à 64 ans. Mais, aujourd’hui, cette surcote parentale profite aussi au père. Depuis le 1ᵉʳ janvier 2010, les trimestres cotisés pour l’éducation d’un enfant peuvent être partagés entre les deux parents.

À voir Bonne nouvelle pour les retraites : la date prévue de l’augmentation des pensions

En outre, la surcote familiale est cumulative et proportionnelle au nombre d’enfants à charge. Ainsi, avec deux enfants à charge, la majoration sera de 10%, et elle atteindra 15% avec trois enfants. Les majorations évoluent en fonction du nombre d’enfants sous la responsabilité du retraité.

Cependant, on rappelle que cette surcote a une durée limitée. Elle ne dure que tant que le senior a au moins un enfant à charge. Cependant, si le retraité est éligible à la surcote de 10%, elle prendra le relais dès que celle de 5% expirera. Bien que les deux surcotes ne soient pas cumulables, elles peuvent se succéder. Cette surcote de 10% concerne les parents d’au moins trois enfants.

Vous aimez ? Partagez !