Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   Législatives : Macron peut-il refuser le poste de Premier ministre à Bardella ?

Législatives : Macron peut-il refuser le poste de Premier ministre à Bardella ?

De nouvelles élections législatives approchent. Par conséquent, un nouveau Premier ministre pourrait être nommé. Mais par qui ?

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Pour la première fois de l’Histoire, un Président de la République prend la décision de dissoudre l’Assemblée nationale après les résultats des élections européennes. Par conséquent, de nouvelles élections législatives se tiendront, le 30 juin et le 7 juillet prochain.

C’est un pari risqué pour Emmanuel Macron, puisque la majorité présidentielle n’était pas absolue. Il prend le risque, aujourd’hui, de donner les clés du pouvoir au Rassemblement National. Le parti de Marine Le Pen était largement en tête aux élections nationales, nous pouvions nous attendre à un nouveau score impressionnant pour les législatives. C’était sans compter l’union des partis de gauche. 

De nouvelles élections législatives pour les Français

Les 30 juin et 7 juillet 2024, les électeurs français se rendront aux urnes pour élire leurs députés. En préparation de ces élections législatives, les différentes formations politiques s’organisent pour désigner leurs candidats et potentiels futurs Premiers ministres en cas de victoire.

Parmi les partis, le Rassemblement National semble avoir une idée précise de son représentant à Matignon. Jordan Bardella, fort de son succès aux Européennes, est pressenti pour ce rôle, comme l’a confirmé Laure Lavalette, porte-parole du RN, sur France 2. Marine Le Pen, bien qu’évoquée initialement, soutient ce choix.

À voir L’eau du robinet contaminée par les pesticides dans ces régions françaises, comment réagir

En revanche, les autres partis n’ont pas encore arrêté leur décision. L’union de la gauche, regroupée sous un nouveau Front Populaire, n’a pas encore désigné de candidat définitif. Laurent Berger, ancien Secrétaire général de la CFDT, a été mentionné par Raphaël Glucksmann comme une figure apaisante de la société civile. Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin, figures de La France insoumise, ont également exprimé leur disponibilité pour ce rôle.

Législatives : qui choisit le Premier ministre ?

Malgré les spéculations des partis, le choix du Premier ministre revient finalement au Président de la République. Emmanuel Macron, lors de sa conférence de presse du 12 juin 2024, a réaffirmé cette prérogative, rappelant que la nomination du Premier ministre dépend des équilibres politiques sortis des urnes, mais reste sa décision.

Constitutionnellement, bien que le Président puisse choisir un Premier ministre du parti majoritaire en cas de cohabitation, il n’y est pas contraint. En effet, le Président peut refuser le choix du parti majoritaire, même si cela poserait des défis politiques significatifs.

En effet, Emmanuel Macron devra sans doute se résoudre à respecter le choix des Français après les élections législatives. Choisir un Premier ministre qui n’appartient pas à un parti politique qui arrive en tête pourrait provoquer la colère des Français. 

La Gauche s’organise

Ces élections législatives précipitées, aucun parti politique ne les soutient. Tous soulignent l’importance de les organiser, mais pas dans un laps de temps si réduit. Emmanuel Macron comptait sans doute sur cette surprenante annonce pour déstabiliser les différents partis politiques. 

À voir Des millions de retraités vont toucher une très grosse somme en plus sur leur pension en septembre

Finalement, c’est la droite qui se déchire. Eric Ciotti, notamment, refuse de quitter les bureaux du parti Les Républicains. Il souhaitait faire une alliance avec le RN, au grand malheur de ses collègues. Quant au parti de Jordan Bardella, il n’évoque pas encore une union avec Reconquête. Marion Maréchal Le Pen vient de quitter ce parti pour rejoindre sa tante. Sur Touche pas à mon poste, Cyril Hanouna joue les entremetteurs entre les deux partis d’extrême droite, ce qui devrait intéresser l’Arcom. 

Quant à la Gauche, les grands partis viennent de trouver un accord pour les élections législatives. Ils se retrouvent tous sous le nom du Front Populaire. Une alliance rapide qui déjoue les pronostics et qui pourrait tout changer. 

Vous aimez ? Partagez !