Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   AAH, RSA, prime d’activité : tout savoir sur le fonctionnement de la solidarité à la source

AAH, RSA, prime d’activité : tout savoir sur le fonctionnement de la solidarité à la source

Avez-vous déjà entendu parler du système de solidarité à la source ? C’est une réforme touchant les aides comme l’AAH, le RSA ou la Prime d’activité.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Dans l’hexagone, un phénomène paradoxal se dessine : des milliards d’euros alloués aux aides sociales restent inexploités. Parmi les aides les moins demandées, nous retrouvons notamment l’AAH, le RSA ou encore la Prime d’activité.

Selon les révélations d’une analyse menée par le site Mes Allocs, près de 10 milliards d’euros destinés à soutenir les citoyens en situation précaire ne trouvent pas preneur. Le gouvernement a alors mis en place une solution pour réduire ce non-recours aux prestations sociales.

AAH, Prime d’activité, RSA : des non recours trop élevés

L’Allocation Adultes Handicapés (AAH), conçue pour assister les individus handicapés, illustre cette problématique. Plus de la moitié des personnes éligibles omettent en effet de réclamer cette aide. Le site Mes Allocs estime notamment que le taux de non-recours à l’AAH atteint 61 % chez les individus avec un taux d’incapacité dépassant les 50 %.

Le Revenu de Solidarité Active (RSA) n’est pas en reste avec un taux de non-recours de 35 %. La nécessité de renouveler sa demande trimestriellement auprès de la CAF pourrait notamment expliquer cette abstention. La prime d’activité se trouve par ailleurs délaissée par 53 % des bénéficiaires potentiels.

À voir Augmentation de l’AAH, APL et RSA : ce qui risque de changer pour les aides de la CAF

Cette situation suscite l’indignation de figures politiques telles que Gabriel Attal, qui exprime sa frustration.

« Ce qui me rend dingue, ce qui m’énerve, c’est qu’il y a beaucoup de Français qui ont droit à des aides et qui ne les demandent pas… », s’étonne-il.

Lutte contre le non recours aux AAH, Prime d’activité, RSA, etc.

Le gouvernement français a décidé d’engager une réforme sociale majeure. Baptisée « solidarité à la source », cette initiative vise à réduire drastiquement le non-recours aux aides telles que l’AAH, la Prime d’activité et le RSA. L’objectif est clair. C’est de modifier le mode de versement pour garantir que chaque citoyen éligible bénéficie de son droit.

La solidarité à la source se propose de simplifier, et à terme, d’automatiser les démarches administratives pour les bénéficiaires. En s’inspirant du modèle de l’administration fiscale, le dispositif prévoit l’introduction de formulaires pré-remplis. Ces derniers, enrichis par les données fournies par les employeurs et les organismes de protection sociale, devraient ainsi faciliter la vie des demandeurs.

Les bénéficiaires n’auront plus qu’à confirmer l’exactitude des informations présentes sur ces documents. Cette mesure pourrait s’avérer cruciale pour les travailleurs français qui passent à côté des aides disponibles.

À voir AAH, APL… ces prestations vont connaître une très forte augmentation ?

Pour lutter contre les non-recours, la solidarité à la source vise justement à simplifier. Et plus tard, elle va automatiser les démarches des éligibles aux différentes aides sociales comme l’AAH. Concrètement, ce dispositif a pour but de simplifier l’accès aux prestations sociales et familiales, en mettant notamment en place un formulaire pré-rempli.

« Ce sont souvent des Français qui travaillent, qui ne savent pas qu’ils ont droit à ces aides, qui n’ont pas forcément le temps de remplir les dossiers, les papiers, parce qu’ils travaillent beaucoup et donc ils ne sont pas forcément informés. », précise Gabriel Attal.

La solidarité à la source en période de test

La réforme de la solidarité à la source, annoncée par la ministre Catherine Vautrin, entre dans une phase concrète. Le lancement va se faire à travers des tests dans cinq départements français. Dès la rentrée, les Pyrénées-Atlantiques, l’Hérault, les Ardennes, l’Aube et les Alpes-Maritimes serviront de terrains d’essai pour les formulaires pré-remplis.

Cette initiative pilote, prévue pour débuter en octobre, préfigure une généralisation du dispositif à l’échelle nationale prévue pour mars 2025. L’objectif est de rendre le processus de demande d’aides telles que l’AAH, la Prime d’activité et le RSA aussi fluide et sans effort que possible.

Vous aimez ? Partagez !