Vous êtes ici :   Accueil   >   France   >   AAH : toutes ces maladies qui vous permettent de percevoir facilement cette aide

AAH : toutes ces maladies qui vous permettent de percevoir facilement cette aide

Découvrez les maladies éligibles à l'Allocation Adulte Handicapé et facilitez vos démarches pour obtenir cette aide précieuse.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

L’Allocation Adulte Handicapé (AAH) est une aide financière cruciale pour les personnes en situation de handicap. Pour bénéficier de cette allocation, il est nécessaire de présenter un taux d’incapacité permanente supérieur ou égal à 80 %. Il existe d’ailleurs différentes maladies et handicaps qui permettent de bénéficier de cette allocation.

Comprendre l’AAH, votre guide complet sur l’Allocation aux Adultes Handicapés

L’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) est une aide financière destinée aux personnes en situation de handicap, en France. Son objectif est de garantir un revenu minimum aux personnes dont le handicap limite l’activité professionnelle et rend difficile l’insertion sociale.

Pour bénéficier de l’AAH, il faut avoir un taux d’incapacité permanente d’au moins 80 %. Ce taux est évalué par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). Ce ratio dépend de l’impact du handicap sur la capacité à réaliser les actes essentiels de la vie quotidienne. Il est également basé sur la participation sociale et professionnelle.

De plus, pour toucher l’AAH, le revenu ne doit pas dépasser un certain plafond. Certaines ressources comme les pensions d’invalidité ou les rentes viagères peuvent être prises en compte dans le calcul des ressources.

À voir AAH : l’astuce pour cumuler cette aide avec un salaire

Enfin, l’AAH répond à des règles spécifiques en matière d’emploi. Les personnes bénéficiaires peuvent travailler dans la limite de certains revenus sans perdre leur droit à l’allocation. Cette disposition vise à favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.

Les maladies éligibles

L’AAH concerne diverses maladies et handicaps, parmi lesquels des états dépressifs avérés. Les personnes atteintes d’autisme peuvent également bénéficier de cette allocation. De même, les personnes atteintes de cancer peuvent prétendre à l’AAH, tout comme celles souffrant de dyslexie. La sclérose en plaques est également une maladie éligible à l’AAH.

D’autres pathologies, telles que la paraplégie, l’hémiparésie, la cécité ou encore la surdité, peuvent également ouvrir droit à cette allocation. En outre, des maladies mentales sévères, telles que la schizophrénie ou les troubles bipolaires, permettent d’obtenir cette aide. Ces maladies peuvent donner droit à l’octroi de l’AAH.

Il est à noter que la liste des maladies éligibles à l’AAH n’est pas exhaustive. La CDAPH étudie chaque cas au préalable. L’objectif est d’évaluer l’impact du handicap sur la vie quotidienne et professionnelle de la personne concernée. Cela permet de déterminer son éligibilité à l’AAH. Certaines maladies neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson ou la sclérose latérale amyotrophique (SLA), entrent également en compte.

Elles peuvent l’être pour l’attribution de l’AAH. De plus, les personnes atteintes de handicaps physiques sont aussi éligibles. Tels que l’amputation d’un membre ou une paralysie. Enfin, les troubles du spectre de l’autisme (TSA) entrent également en considération pour l’octroi de l’AAH.

À voir AAH, RSA, prime d’activité : tout savoir sur le fonctionnement de la solidarité à la source

Comment obtenir l’AAH ?

Pour obtenir l’AAH, il faut déposer une demande auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). La Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) évalue le dossier par la suite. Le montant de l’AAH varie en fonction des ressources de la personne et profite d’une révision régulière.

Pour constituer le dossier de demande, il est nécessaire de fournir divers documents. Ces documents comprennent des pièces d’identité, des justificatifs de ressources et des certificats médicaux. Après validation, le versement de l’AAH se fait mensuellement à la personne handicapée.

Vous aimez ? Partagez !