Vous êtes ici :   Accueil   >   Vie-pratique   >   Ce délai que tous les retraités doivent connaître pour conserver cet avantage à la retraite et gagner plus

Ce délai que tous les retraités doivent connaître pour conserver cet avantage à la retraite et gagner plus

Cet avantage est surtout connu chez les salariés, mais les concernés peuvent en profiter même après le départ à la retraite. Dépêchez-vous !

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Lorsque la retraite approche, de nombreux avantages liés à l’emploi prennent fin. Cependant, les seniors se trouvent souvent confrontés à des dépenses accrues, notamment en matière de santé. Heureusement, il existe un avantage dont vous pouvez toujours bénéficier même après avoir quitté la vie active. Mais attention, il est essentiel d’agir rapidement pour en profiter pleinement.

Un dispositif essentiel même à la retraite

En vieillissant, les visites chez le médecin et les traitements médicaux deviennent de plus en plus fréquents. En parallèle, les cotisations pour les assurances complémentaires de santé augmentent.

Ce phénomène pose un sérieux problème pour les retraités, dont les revenus diminuent progressivement une fois à la retraite. Heureusement, il existe des moyens pour limiter leurs frais médicaux et préserver leur qualité de vie.

Les retraités peuvent, en effet, conserver certains avantages acquis durant leur carrière professionnelle. C’est le cas notamment de la mutuelle santé. Cette couverture peut en effet s’appliquer même après la cessation d’activité, bien que cela ne soit pas toujours automatique.

À voir 3 changements importants pour vos retraites à ne surtout pas manquer cette année

Les retraités peuvent conserver ces droits

La mutuelle d’entreprise, ou mutuelle collective, est une couverture santé que votre employeur met en place pour vous.

Depuis le 1er janvier 2016, grâce à l’Accord National Interprofessionnel (ANI), les employeurs du secteur privé doivent obligatoirement proposer une mutuelle à leurs salariés. Les cotisations sont partagées : l’employeur en prend au moins 50 % en charge et le reste est à votre charge.

Le choix de la mutuelle et du contrat revient à l’entreprise, mais elle doit respecter un minimum légal de garanties appelé « panier de soins ». Ce panier inclut la couverture des consultations médicales, l’hospitalisation, les soins dentaires, et l’optique.

Bonne nouvelle : vous pouvez conserver votre mutuelle d’entreprise une fois à la retraite !

Comment maintenir cet avantage ?

Comment s’y prendre concrètement ? Dès que vous prenez votre retraite, votre entreprise doit informer l’organisme assureur de votre départ. Cette étape est cruciale pour déclencher le processus de maintien de la mutuelle.

À voir Des millions de retraités vont toucher une très grosse somme en plus sur leur pension en septembre

Près de deux mois après la cessation de votre activité, l’organisme assureur vous adressera une proposition de maintien des garanties de complémentaire santé. Cette proposition détaillera les conditions et les garanties offertes.

Vous avez six mois à compter de votre départ à la retraite pour exiger le maintien de votre complémentaire santé. Il vous suffit de faire une demande formelle. Une fois accepté, le nouveau contrat prendra effet dès le lendemain de votre demande.

Ces règles particulières pour les retraités

Les mutuelles sont tenues de maintenir la même couverture pour leurs adhérents, même si leur situation personnelle évolue. Cela signifie que vous ne serez pas pénalisé en fonction de votre état de santé.

Vous pourriez bénéficier immédiatement des garanties de votre nouvelle mutuelle, sans attendre de période de carence. Cette mesure vous protège dès le premier jour de votre adhésion.

En outre, la loi Evin protège les assurés lorsqu’ils transfèrent ou portent leur mutuelle. Elle interdit ainsi toute augmentation de prix la première année et limite ces augmentations à 25 % la deuxième année, puis à 50 % la troisième année.

Cependant, il est important de noter que les retraités doivent désormais assumer l’intégralité de leurs cotisations. Cela inclut notamment la part précédemment prise en charge par leur employeur.

De plus, il n’existera plus de plafond de cotisations après la quatrième année d’éligibilité. Il est donc essentiel pour les retraités de se préparer à d’éventuelles augmentations.

Vous aimez ? Partagez !