Vous êtes ici :   Accueil   >   France   >   Impôts : ce que vous devriez corriger tout de suite et même si la date limite est dépassée sur votre déclaration de revenu

Impôts : ce que vous devriez corriger tout de suite et même si la date limite est dépassée sur votre déclaration de revenu

Attention à ces erreurs courantes qui peuvent influer négativement vos impôts. Par chance, vous pouvez les corriger.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

La saison fiscale est terminée. Les contribuables français avaient pour mission de remplir leur déclaration de revenus pour le paiement des impôts. C’est une déclaration minutieuse qu’ils doivent faire avec beaucoup de rigueur pour éviter les erreurs. 

Toutefois, il est possible que certaines anomalies se glissent dans votre déclaration. Certains contribuables peuvent même constater des erreurs après la validation. Pas de panique, bien que la date limite soit derrière nous, nos confrères de MoneyVox rappellent qu’il est possible d’opérer des ajustements. Ils mettent donc en avant les erreurs courantes que vous devez corriger au plus vite.

Impôts : corriger des erreurs pour toucher plus

Nous savons que le fisc procède à des pénalités pour les personnes qui ne remplissent pas correctement leur déclaration pour les impôts. Cependant, plusieurs contribuables peuvent faire des erreurs ou oublier des éléments essentiels qui leur permettent de faire des économies. Autrement dit, ces oublis ne leur sont, en aucun cas, pas bénéfiques.

Par conséquent, les experts de MoneyVox rappellent que, dans ce cas-là, apporter cette modification ne vous pénalisera pas. Au contraire, cela vous permettra même de récupérer des crédits ou des réductions d’impôt.

À voir Impôts : 4,2 millions de contribuables français vont recevoir un virement, les concernés

Voyons ensemble les erreurs les plus communes, celles qui sont les plus susceptibles de vous concerner. Les corriger peut vous permettre de faire de belles économies concernant le montant des impôts à payer. 

Les crédits d’impôt et les réductions à ne pas oublier

Les contribuables oublient souvent que les parents d’enfants scolarisés peuvent profiter de réductions d’impôt (case 7EA, 7EC, 7EF). Cela concerne énormément de Français puisque l’Éducation nationale recense 3,4 millions de collégiens et 2,2 millions de lycéens.

En outre, toujours au sujet des parents, les frais de garde d’enfants ouvrent droit à un crédit d’impôt de 50 %, y compris pour les frais périscolaires et les crèches. Vous pouvez déclarer ces frais aux lignes 7GA-7GB-7GC selon l’enfant.

En outre, certains Français font des dons à des œuvres, des partis politiques ou encore à des syndicats. Ces dons permettent, eux aussi, de faire de belles économies sur les impôts. Les dons aux organismes d’aide (ligne 7UD) sont déductibles à 75 % jusqu’à 1 000 euros, puis à 66 %. Les dons aux partis politiques (7UH) et les cotisations syndicales (7AC) ouvrent droit à des avantages fiscaux, avec les cotisations syndicales permettant un crédit d’impôt.

Attention aux omissions qui changent tout

N’oublions pas, enfin, de parler de certaines obligations que vous avez en tant que contribuables. Ces dernières ne changent parfois rien au paiement de vos impôts, mais doivent malgré tout apparaître impérativement. C’est notamment le cas des comptes bancaires à l’étranger. Vous devez les déclarer via l’annexe 3916.

À voir Impôts : les chances d’avoir un contrôle fiscal se sont multipliées, voici pourquoi

De même, les étudiants qui travaillent en marge de leurs études doivent aussi déclarer ces revenus. Notons que, pour les moins de 26 ans, une exonération des premiers 5 204 euros s’applique. Les revenus dépassant ce seuil doivent être déclarés (ligne 1AJ ou 1CJ-1DJ pour les enfants à charge).

Enfin, il est impératif de signaler si vos parents vous versent régulièrement de l’argent. Cela peut grandement servir aux parents, puisqu’ils peuvent profiter de la déduction pour pension alimentaire. Or, cela réduit évidemment leur impôt. Les sommes reçues doivent être déclarées à la ligne 1AO (« pensions alimentaires perçues »).

Source : MoneyVox

Vous aimez ? Partagez !