Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   L’astuce à connaître pour éviter la flambée des tarifs réglementés de l’électricité

L’astuce à connaître pour éviter la flambée des tarifs réglementés de l’électricité

Une hausse de 10 % de l'électricité entre en vigueur dès ce 1er février. Existe-t-il une solution pour remédier à l'impact sur votre facture ?

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Vous pensiez avoir échappé à la hausse des prix de l’électricité ? Détrompez-vous. Les consommateurs français vont devoir se serrer la ceinture. Le gouvernement vient d’annoncer une augmentation historique des tarifs réglementés de l’électricité.

À partir du 1er février 2024, les tarifs réglementés de l’électricité vont connaître une hausse inédite, selon les contrats. Quelles sont les conséquences de cette hausse pour votre facture d’électricité ? Existe-t-il des solutions pour réduire vos dépenses d’énergie ?

Une hausse jusqu’à 10 % de l’électricité

Les tarifs réglementés de l’électricité vont connaître une envolée inédite en ce début d’année 2024. Selon MoneyVox, la facture d’électricité s’alourdira de 8,6 % à 9,8 %, voire davantage, selon les contrats, à partir du 1er février.

Cette hausse spectaculaire s’explique par les simulations réalisées par Bercy. Les données prévoient, en effet, une augmentation conséquente. Il est de 8,6 % de la facture moyenne pour les abonnés à l’option de base du tarif réglementé d’EDF. Le tarif bleu passera ainsi de 771 euros en 2023 à 837 euros en 2024, soit un surcoût de 56 euros.

À voir Électricité : ces habitants ont trouvé la solution pour diviser leur facture en deux

Les clients qui ont opté pour les heures creuses n’y échapperont pas. Ils devront faire face à une hausse de 9,8 %. C’est soit 160 euros de plus sur une facture moyenne de 1 667 euros pour 2024.

21 millions de consommateurs concernés

La facture d’électricité va s’alourdir pour les plus de 21 millions de consommateurs du tarif réglementé d’EDF.

Face à la hausse vertigineuse des prix de l’électricité sur les marchés, le gouvernement a, en fait, décidé d’augmenter la taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité (TICFE). Pour rappel, cette taxe a connu une baisse temporaire en 2021 dans le cadre du bouclier tarifaire.

« C’est une décision difficile, mais c’est une décision qui est nécessaire pour garantir notre capacité d’investissement dans de nouvelles capacités de production électrique et puis pour sortir définitivement du quoi qu’il en coûte. », a justifié le ministre de l’Économie Bruno Le Maire sur TF1 dimanche 21 janvier.

Le ministre a précisé que cette hausse de la TICFE serait la dernière pour l’année 2024. « La prochaine sera au 1er février 2025, nous reviendrons à la situation qui était celle d’avant le bouclier tarifaire », a-t-il également assuré.

À voir Électricité : l’astuce simple et imparable pour économiser 400 € par an sur votre facture

Le bouclier tarifaire, mis en place en 2021, visait à limiter l’impact de la flambée des prix de l’électricité sur le pouvoir d’achat des ménages et des entreprises. Il consistait à réduire la TICFE. Il compensait aussi le manque à gagner pour EDF par des prélèvements sur les opérateurs alternatifs.

La solution contre la hausse du prix de l’électricité

Pour contourner la hausse des prix, Antoine Autier, responsable des études à l’UFC-Que Choisir, a donné un conseil. Auprès de MoneyVox, il recommande de FAIRE JOUER LA CONCURRENCE. Si la hausse des taxes est inévitable, certains opérateurs offrent, en effet, des réductions sur le prix de l’énergie.

« Les fournisseurs peuvent adapter leur stratégie, car ils ont retrouvé des marges de manœuvre sur le prix de l’électricité », analyse Antoine Autier à MoneyVox.

Il souligne aussi que l’on peut opter pour un autre fournisseur n’importe quand, sans interruption de service. Et ce, quelles que soient les offres, y compris celles à tarif fixe sur une longue durée.

Voici les explications de MoneyVox pour illustrer l’alternative, à travers un exemple fictif. Un client EDF avec l’option Base et un compteur 9kVA paie 734 euros par an pour 2 400 kWh. Notons que ce prix ne tient pas compte de la hausse du 1er février. Avec Primeo energie, ce client économiserait environ 200 euros par an.

Source : MoneyVox

Vous aimez ? Partagez !