Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Les aides pour votre retraite que vous omettez souvent de demander, ne passez plus à côté

Les aides pour votre retraite que vous omettez souvent de demander, ne passez plus à côté

À la retraite, si votre pouvoir d'achat ne vous permet de mener une vie décente, certaines aides peuvent vous soulager.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Une fois à la retraite, de nombreux citoyens français éprouvent des difficultés à maintenir un niveau de vie digne. Cela concerne, évidemment, ceux qui perçoivent des pensions modestes.

Les seniors pensent alors qu’ils doivent attendre la revalorisation des pensions le premier jour de la nouvelle année. Mais ce n’est pas la seule option qui s’offre à eux. En effet, il est possible de demander des aides qui peuvent rendre le quotidien bien plus serein.

Des aides pour les seniors à la retraite

Impossible de ne pas commencer cet article en mentionnant l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa). Son nom ne vous dit peut-être rien. Alors, peut-être que vous connaissez son ancien nom, Minimum Vieillesse. En 2024, elle profite d’une revalorisation de 5,3%. Un retraité seule peut espérer toucher, au maximum, 1 012,02 euros. En couple, ce montant grimpe à 1 571,16 euros.  

C’est une donc une précieuse. Pour autant, elle souffre d’un important taux de non-recours. En effet, plus de 300 000 éligibles ne la demandent pas. Cela peut notamment venir du fait qu’elle est rattrapable à la succession. Les seniors pourraient, par conséquent, préférer sans passer pour ne pas léser les descendants.

À voir Retraite : cette situation qui permet de toucher une augmentation de l’Agirc-Arrco

Mais, en moyenne, l’Aspa offre un soutien financier de 200 euros par mois. En ces temps de crise, il serait donc fort dommage de s’en passer. L’Aspa peut permettre de boucler avec plus de tranquillité les fins de mois.

Un chèque intéressant pour les seniors

En outre, les retraités peuvent bénéficier du Chèque emploi-service universel (CESU), un dispositif permettant à un particulier employeur de déclarer simplement la rémunération des salariés pour des activités de services à la personne. Ce mode de paiement autorise le financement de dépenses de services à la personne jusqu’à 2 301 euros par an. 

Cela couvre des services comme l’assistance aux personnes âgées, aux personnes handicapées, ou d’autres nécessitant une aide à domicile ou à la mobilité. Les frais de transport par taxi peuvent également être réglés avec ce chèque.

En plus du versement d’une retraite complémentaire, des caisses telles que l’Agirc-Arrco proposent diverses aides pour la vie quotidienne, y compris les courses, le ménage, la livraison de repas, et même des aides pour des travaux visant à assurer la sécurité au domicile.

Pour favoriser le maintien du lien social des personnes âgées, l’Agirc-Arrco propose le dispositif Sortir + aux plus de 75 ans, qui permet des sorties accompagnées.

À voir Retraite : ces pensions qui seront concernées par la prochaine revalorisation

À la retraite, n’oubliez pas la pension de réversion

Enfin, terminons avec un apport financier très intéressant, mais que certains oublient parfois.

Suite au décès du conjoint, de nombreux retraités négligent de demander la pension de réversion. Dans le cas où le défunt a travaillé dans le secteur privé, la pension de réversion pour le conjoint survivant équivaut à 54% de la retraite. 

Les conditions requises incluent le mariage avec la personne décédée, quelle que soit sa durée, et des ressources annuelles brutes ne dépassant pas 23 441,60 € pour une personne seule, et 37 506,56 € pour un couple.

Ainsi, ces différentes solutions permettent aux retraités de vivre plus sereinement, en se souciant moins des dépenses. Pensez-y si vous souffrez d’un faible pouvoir d’achat depuis que vous ne travaillez plus.

Vous aimez ? Partagez !