Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Retraite : le rachat de trimestres une fausse bonne idée ? Les conditions à connaître

Retraite : le rachat de trimestres une fausse bonne idée ? Les conditions à connaître

Les Français qui approchent de la retraite peuvent racheter des trimestres pour obtenir une meilleure pension. Mais est-ce toujours la solution ?

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

La réforme des retraites a marqué l’année 2023. Les Français n’ont pas manqué d’exprimer leur mécontentement dans la rue. Mais cela n’a pas suffi puisque cette réforme est désormais une réalité. Oui, de nombreux Français vont devoir travailler deux ans de plus. 

Toutefois, l’impact de cette réforme varie selon la situation de chacun. Dans ce contexte, l’acquisition de trimestres de retraite peut être une considération, mais est-ce une décision judicieuse ? Est-ce réellement bénéfique ?

Acquérir des trimestres de retraite : une décision à nuancer ?

Le rachat de trimestres vise principalement deux objectifs. Le premier consiste à permettre un départ anticipé tout en bénéficiant d’une retraite à taux plein. Le second objectif est de compléter d’éventuels trimestres manquants, assurant ainsi une retraite complète en cas de départ anticipé ou non.

Cependant, si vous êtes déjà à la retraite, actif avec un taux plein, ou si vous prévoyez de travailler jusqu’à l’âge de 67 ans (ce qui vous permet ainsi de bénéficier automatiquement d’un taux plein), cette question ne vous concerne pas.

À voir Retraite : bonne nouvelle pour certains retraités, les pensions vont augmenter, les concernés

Le rachat de trimestres peut constituer une solution viable si vous ne souhaitez pas prolonger votre carrière pour cotiser davantage. Il est essentiel de noter que le rachat est soumis à des conditions spécifiques.

Est-il possible de racheter tous les trimestres ?

Le nombre de trimestres pouvant être rachetés ne dépasse pas 12. Cela correspond à trois années de cotisation. De plus, ces rachats doivent correspondre à des situations spécifiques, notamment des périodes peu valorisées au cours de votre carrière. 

Si une année de travail présente un faible nombre de trimestres, moins de 4, et/ou un salaire minimal, cette période est éligible au rachat. Pour obtenir une évaluation précise du nombre de trimestres cotisés et éventuellement à racheter, votre relevé de carrière est disponible sur le site de l’assurance-retraite.

Une autre option concerne les années d’études universitaires. Dans ce cas, le rachat est possible uniquement si votre cursus s’est conclu par l’obtention d’un diplôme délivré par la France ou un autre pays européen. Les années d’apprentissage offrent également la possibilité d’un rachat, tout comme certains cas particuliers tels que celui des assistantes maternelles entre 1975 et 1990.

Qui peut effectuer le rachat de trimestres et quand le faire ?

Le rachat de trimestres concerne principalement les salariés du secteur privé et les travailleurs indépendants. Les individus relevant d’autres régimes peuvent également bénéficier de ce mécanisme.

À voir Retraite Agirc-Arrco : devez-vous vous attendre à une baisse ou à une augmentation en mars ?

Cependant, étant donné que le coût du rachat augmente tout au long de la carrière, effectuer le rachat trop tôt peut être risqué en raison d’une évolution de carrière imprévisible. On vous recommande de concrétiser le rachat de trimestres près de l’âge de départ à la retraite. On conseille d’atteindre d’obtenir une Estimation Indicative Globale. Or, ce document est accessible dès l’âge de 55 ans.

Dans les faits, il est possible de racheter des trimestres jusqu’à 66 ans. Mais c’est à partir de 63 ans que le coût devient plus avantageux. Inutile donc de s’y prendre trop tôt, car vous ne serez pas gagnant. Le rachat de trimestre n’est donc intéressant qu’en fonction de votre relevé de carrière. Ce n’est pas une obligation et encore moins une évidence pour tous les profils. 

Vous aimez ? Partagez !