Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   La liste des aides financières que de nombreux retraités oublient de demander dévoilée

La liste des aides financières que de nombreux retraités oublient de demander dévoilée

Les aides financières aux retraités sont nombreuses et variées, mais elles ne sont pas toujours connues ou sollicitées par les concernés.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

La retraite est souvent synonyme de baisse de revenus pour les personnes âgées. Heureusement, il existe des aides financières qui peuvent leur permettre de maintenir leur niveau de vie et de faire face aux dépenses. Mais les retraités ignorent ou négligent eux-mêmes ces aides. La plupart d’entre eux ne savent même pas qu’ils y ont droit ou ne font pas les démarches nécessaires pour les obtenir.

Voici donc un panorama des principales aides financières auxquelles les retraités peuvent prétendre, sous certaines conditions.

Le minimum contributif

Le minimum contributif est une garantie de revenu pour les retraités qui ont cotisé à la retraite de base, mais qui ont une faible pension. Il s’agit d’un montant minimum qui leur est versé chaque mois, en complément de leur retraite de base.

Le minimum contributif concerne les salariés du privé, les salariés agricoles, les artisans et les commerçants. Le montant du minimum contributif dépend en fait du nombre de trimestres cotisés au régime général de retraite. Deux cas sont possibles :

À voir Retraite : 8 solutions pour obtenir facilement des trimestres sans travailler plus, les concernés

– Le bénéficiaire a cotisé moins de 120 trimestres au régime général, le minimum contributif est de 684,14 € bruts par mois en 2023 ;
– Le bénéficiaire a cotisé au moins 120 trimestres au régime général, le minimum contributif est de 747,57 € bruts par mois en 2023.

Pour bénéficier du minimum contributif, vous devez en faire la demande auprès de votre caisse de retraite. Elle évaluera alors vos droits en fonction de vos ressources.

L’Aspa : une allocation pour les retraités modestes

L’Aspa, ou Allocation de Solidarité aux Personnes Agées, est une aide mensuelle destinée aux retraités qui ont de faibles ressources. Elle remplace l’ancien minimum vieillesse. C’est la caisse de retraite dont vous dépendez (Carsat, MSA…) qui se charge du versement.
.
L’Aspa s’adresse aux personnes âgées d’au moins 65 ans et qui vivent en France. Son montant varie selon votre situation familiale :

Si vous vivez seul, l’Aspa est de 961,08 € par mois en 2023 ;
Si vous vivez en couple, l’Aspa est de 1 492,08 € par mois en 2023.

Pour demander l’Aspa, vous devez toutefois remplir un formulaire et le renvoyer à votre caisse de retraite. Cette dernière examinera ensuite vos ressources au cours des trois derniers mois.

À voir Retraite : une bonne nouvelle attend enfin les pères de familles ?

L’Apa : une aide pour les retraités dépendants

L’Apa, ou Allocation Personnalisée d’Autonomie, est une aide versée par le département aux personnes âgées d’au moins 60 ans. Mais elle concerne uniquement ceux qui ont besoin d’une assistance pour accomplir les actes de la vie quotidienne. Elle a pour objectif de compenser les points suivants :

Dépenses liées au maintien à domicile (Apa à domicile), comme l’intervention d’une aide à domicile, l’achat de matériel adapté, etc.
Tarif dépendance d’un établissement médico-social (Apa en établissement), comme un Ehpad, une maison de retraite, etc.

Le montant de l’Apa dépend de votre niveau de dépendance, évalué selon une grille appelée GIR (Groupe Iso-Ressources), et de vos ressources. Le montant maximum de l’Apa est de 1 914,04 € par mois pour un GIR 1. Ce qui correspond au niveau de dépendance le plus élevé.

Pour demander l’Apa, vous pouvez faire une démarche en ligne ou remplir un formulaire papier. Il faut ensuite l’envoyer au service autonomie du Conseil départemental ou à votre caisse de retraite.

Les APL ou l’ALS : des aides pour le logement

Les APL, ou Aides Personnelles au Logement, et l’ALS, ou Allocation de Logement Sociale, ont pour but d’alléger le loyer ou l’hébergement. Les retraités peuvent en effet y prétendre s’ils remplissent les conditions de ressources, de situation familiale et de type de logement.

Les APL et l’ALS permettent de réduire le montant du loyer ou de l’hébergement à payer chaque mois. Le montant des APL et de l’ALS dépend de plusieurs critères. Par exemple, le lieu de résidence, la composition du foyer, le montant du loyer, etc.

Enfin, pour demander les APL ou l’ALS, vous devez vous adresser directement à la CAF ou à la MSA et fournir les justificatifs nécessaires.

Vous aimez ? Partagez !