Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   Les automobilistes n’ont plus le droit d’écouter la musique au volant à partir de juillet ?

Les automobilistes n’ont plus le droit d’écouter la musique au volant à partir de juillet ?

Dès juillet, les automobilistes ne peuvent plus écouter de la musique au volant ? Cette nouvelle, répandue sur Internet, est-elle vraie ?

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Depuis quelques jours, une nouvelle inquiétante pour les automobilistes fait le tour des réseaux sociaux et de certains médias. Dès juillet, il paraît que les conducteurs ne pourraient plus écouter de la musique au volant en France. Adieu les playlists enflammées et les concerts improvisés dans les bouchons ?

Cette mesure, qui semble drastique, a semé confusion et colère parmi de nombreux usagers de la route. Mais cette information est-elle vraie ou s’agit-il simplement d’une rumeur infondée ?

Une nouvelle qui inquiète des automobilistes

Pour beaucoup, il est impensable de passer des heures au volant sans écouter de la musique. Cependant, une nouvelle mesure annoncée sur Internet vient de frapper de plein fouet les automobilistes mélomanes.

Selon cette information, diffuser de la musique pendant la conduite s’avère désormais interdit à partir de juillet. Un vrai coup dur pour les amateurs de musique.

À voir Automobilistes : rouler sur cette voie pourrait vous coûter une fortune dès maintenant

Cette nouvelle s’est rapidement propagée sur Internet, avec de nombreux internautes la relayant. Une vidéo sur TikTok a affirmé : « ne prenez plus votre voiture. Avec ce qu’ils ont mis en place à partir du 1er juillet, je peux t’assurer qu’on est tous dans la m*rde. Toi qui as l’habitude d’écouter de la musique, ce sera fini. »

« Si tu écoutes de la musique en conduisant, tu auras une amende de 35 euros. Tu ne rêves pas, tu auras une amende de 35 euros. Ce n’est pas une fake news. Allez juste taper sur internet. Il existe Google et vous verrez bien. », a ajouté l’internaute.

Beaucoup se demandent alors comment ils vont désormais supporter les longs trajets sans leur fidèle compagnon sonore ?

Automobilistes, voici ce que dit la loi

De nombreux automobilistes s’interrogent sur cette information qui circule sur Internet. Mais rassurez-vous, elle n’est pas vraie. Selon Capital, il s’agit d’une fausse nouvelle créée pour générer des buzz sur Internet.

Donc, il vous est toujours possible d’écouter de la musique en conduisant. Aucune loi du Code de la route n’interdit, à ce jour, la diffusion de vos tubes préférés.

À voir Ces points que les automobilistes ne vérifient pas au risque de vacances cauchemardesques

Cependant, veillez à ne pas faire de votre voiture une discothèque ambulante. Les forces de l’ordre peuvent vous verbaliser si la musique est trop forte. De plus, cela constitue une nuisance sonore pour les autres usagers de la route ou les riverains. Toutefois, la loi n’a fixé aucun seuil de décibels à respecter.

Par ailleurs, l’article R412-6 du Code de la route stipule que tout automobiliste doit adopter un comportement prudent en conduisant. Il doit également être toujours en position de réagir face aux imprévus sur la route.

De même, de nombreux conducteurs se trouvent tentés d’utiliser des écouteurs ou un casque. Pourtant, ces équipements demeurent interdits d’après Capital. Cette infraction est passible d’une amende de 135 euros et d’une perte de 3 points sur le permis.

Restez toutefois prudent !

Si cette information concernant les automobilistes est fausse, il est tout de même essentiel d’être prudent au volant. Respectez le Code de la route et soyez attentif à votre environnement. N’oubliez pas que la distraction au volant est un facteur de risque important d’accident.

De plus, l’ère numérique nous confronte à un flot incessant d’informations, dont la véracité n’est pas toujours évidente. La rumeur récente sur l’interdiction de la musique au volant en est un parfait exemple. Relayée par de nombreux internautes, elle a semé la confusion chez les automobilistes.

Les utilisateurs d’Internet doivent ainsi identifier les sources fiables en privilégiant les sites web d’institutions officielles et de médias reconnus. Ne vous fiez pas non plus à une seule source d’informations.

Source : Capital

Vous aimez ? Partagez !