Vous êtes ici :   Accueil   >   France   >   AAH : ces vérités qui se cachent derrière l’aide accessible aux personnes handicapées

AAH : ces vérités qui se cachent derrière l’aide accessible aux personnes handicapées

Avis aux bénéficiaires de l'AAH ! Connaissez vos droits sur cette aide accordée aux personnes handicapées pour cette année.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Le gouvernement français accorde toutes sortes d’aides aux personnes dans le besoin. Il s’agit notamment des retraités, des personnes aux revenus modestes et des personnes handicapées. Les personnes invalides ont droit à l’AAH, une aide qu’elles peuvent obtenir auprès de la Caf. Bien qu’elle soit très populaire, peu de gens en connaissent les détails. Or, cela peut les aider à faire valoir leurs droits.

Qu’est-ce que l’AAH ?

L’AAH est une aide de l’État, principalement destinée aux personnes handicapées. L’objectif de ce dispositif est d’assurer à ces personnes une vie convenable et confortable. Mais aussi d’atténuer les différences sociales qui jouent en leur défaveur.

Le régime date de 1975. La Caisse d’allocation familiale et la MSA (Mutualité sociale agricole) en sont en charge. Mais il faut savoir que tout le monde n’y a pas droit. Pour bénéficier des prestations de l’AAH tous les mois, il faut répondre à certains critères.

Comme son nom l’indique, l’AAH s’adresse aux adultes âgés de 20 ans et plus. Elle peut être étendue aux adolescents à partir de 16 ans. Toutefois, ils ne doivent pas être à la charge de leurs parents ou, pour les orphelins, de leurs tuteurs légaux.

À voir Augmentation de l’AAH, APL et RSA : ce qui risque de changer pour les aides de la CAF

Pour bénéficier de l’AAH, la CDAPH doit également déterminer le degré de handicap. En principe, seules les personnes dont le taux d’incapacité est au moins à 80 % peuvent en bénéficier. Entre 50 et 79 %, elles sont éligibles si leur cas les empêche d’accéder à l’emploi.

Comment se calcule cette allocation ?

L’AAH fait partie des prestations que le gouvernement revalorise chaque année. Pour 2024, le montant maximal s’élève à 1 016,05 euros. Cependant, le versement ne sera pas le même pour tous les allocataires. En effet, plusieurs autres dispositions entrent dans le calcul influençant le montant.

C’est le cas, par exemple, des ressources des allocataires. Des mesures d’abattement s’appliquent en effet en fonction du niveau de revenu. Par ailleurs, si une personne gagne plus de 12 192,60 euros par mois, elle n’est plus éligible à l’AAH. Et ce, quel que soit le degré de handicap.

Les retraités ne peuvent pas percevoir cette allocation. Il en va de même pour les personnes handicapées qui perçoivent d’autres prestations de la CAF ou de la MSA. Cela inclut la pension d’invalidité, le minimum vieillesse ou l’Aspa, la rente accident. Leurs prestations doivent être inférieures à l’AAH.

Par, il existe des allocations qui peuvent se cumuler avec l’AAH. Bien sûr, les autorités les prennent également en compte dans le calcul. Il en est ainsi du cas des indemnités de travail (ou d’un foyer pour handicapés) et les pensions (invalidité, retraite). Le montant que vous percevez au titre de ces prestations peut avoir une incidence sur le montant que vous percevez.

À voir AAH, APL… ces prestations vont connaître une très forte augmentation ?

Quelle est la durée de versement de l’AAH ?

La durée de versement de l’AAH dépend de votre taux d’incapacité. Pour les allocataires ayant un taux d’incapacité de 80 %, la durée est comprise entre 1 et 10 ans. Mais ils peuvent percevoir l’AAH à vie. Cependant, leur handicap doit être permanent et sans possibilité d’amélioration.

Les personnes dont le taux d’incapacité se trouve entre 50 % et 70 % peuvent obtenir l’AAH pendant 1 à 2 ans, renouvelable. Toutefois, cette période peut se prolonger au-delà de 5 ans si le handicap n’évolue pas favorablement. Les retraités de cette catégorie cessent également de percevoir les allocations.

Vous aimez ? Partagez !