Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   IKEA : le géant Suédois à nouveau pointé du doigt, Greenpeace lance l’alerte

IKEA : le géant Suédois à nouveau pointé du doigt, Greenpeace lance l’alerte

Le géant suédois de l’ameublement IKEA est à nouveau accusé dans ses pratiques dans la conception de meubles. Une ONG a tiré la sonnette d’alarme.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Lorsqu’on évoque des meubles en bois, IKEA fait partie des marques qui nous viennent à l’esprit. Reconnu pour ses prix accessibles et son design épuré, ce géant suédois a su conquérir le monde entier.

L’entreprise jouit d’une réputation dans l’ordre mondial. Cependant, derrière cette réussite se dissimule une réalité troublante. Greenpeace vient de révéler le résultat d’une enquête accablante qui implique directement cette enseigne.

IKEA : un géant de l’ameublement

IKEA se hisse parmi les grands et les plus populaires fabricants d’ameublements. Avec environ 400 magasins, l’enseigne se trouve dans près de 50 pays à travers le monde. Elle jouit d’une renommée mondiale grâce à ses meubles combinant à la fois design et fonctionnalité.

L’entreprise tient sa réputation dans sa manière d’innover en permanence afin de pouvoir satisfaire tous les besoins. Ses produits s’intègrent harmonieusement dans tous les styles d’intérieurs et s’adaptent à tous les budgets.

À voir Ikea c’est fini ? Cette nouvelle enseigne ouvre des magasins en France et va tout bouleverser

Mais au-delà de ce succès, une ombre plane au-dessus de la réputation immaculée d’IKEA. L’ONG environnementale Greenpeace a récemment lancé l’alerte. Ce mercredi 10 avril, il a en effet révélé les mauvaises pratiques de l’entreprise dans la conception de ses meubles.

Greenpeace mène l’enquête

L’ONG environnementale Greenpeace a publié un rapport détaillant les résultats d’une enquête portant sur IKEA. Avant de rendre ces révélations publiques, l’organisation a investi dans une investigation approfondie.

Pour ce faire, les chercheurs ont analysé les images des satellites des sites d’exploitation forestière du géant suédois. Ils ont également vérifié celles des dépôts de bois, de la fabrication de meubles et de plusieurs magasins.

Dans cette quête de vérité, les équipes Greenpeace se sont même rendues sur le terrain pour collecter davantage d’informations. À la suite des enquêtes, l’ONG pointe du doigt l’entreprise d’ameublement et révèle les pratiques controversées dans l’approvisionnement en bois.

IKEA accusé de quoi ?

L’enquête ciblant IKEA se concentre particulièrement sur l’origine du bois utilisé pour la fabrication des divers meubles vendus dans ses rayons.

À voir IKEA : un enfant de 2 ans perd la vie à cause d’un meuble, l’enseigne réagit radicalement

Selon les conclusions de Greenpeace, l’entreprise aurait eu recours à du bois issu de zones protégées. En effet, les fournisseurs du géant suédois de l’ameublement favorisent les bois venant des forêts primaires d’Europe.

D’après les études menées par l’ONG environnementale, 7 fournisseurs IKEA exploitent ces forêts à très haute valeur écologique. Parmi celles-ci figurent les sites protégés Natura 2000 qui abritent l’une des dernières forêts primaires d’Europe. Notez qu’elles renferment une biodiversité d’une valeur inestimable.

Greenpeace a précisé que de nombreux produits phares de la marque proviennent de ces bois issus des forêts protégées. C’est notamment le cas des chaises INGOLF ou encore des lits pour enfants SNIGLAR. Les magasins de 13 pays en Europe ont déjà commercialisé pas moins de 30 de ces articles.

Face à cette situation, Greenpeace exhorte l’entreprise suédoise à assumer ses responsabilités envers la planète.

Le géant d’ameublement a tout nié

Le soir même de la publication du rapport, le groupe IKEA a réfuté les accusations portées contre lui. L’enseigne a en effet affirmé ne pas recourir à des pratiques forestières néfastes pour s’approvisionner en bois. Cependant, l’un de ses fabricants a admis avoir reçu du bois provenant d’une zone Natura 2000.

L’ameublement peut représenter une utilisation judicieuse du bois selon Greenpeace. Néanmoins, l’ONG souligne qu’il ne faut pas utiliser les matières premières venant des aires protégées.

Pour prévenir de telles utilisations illégales, elle fait appel aux dirigeants européens pour qu’ils prennent des mesures décisives. Elle suggère notamment d’instaurer des garde-fous visant à renforcer la protection des forêts primaires.

Vous aimez ? Partagez !