Vous êtes ici :   Accueil   >   Actualités   >   Le montant du minimum retraite cette année pour les Français qui n’ont pas assez cotisé

Le montant du minimum retraite cette année pour les Français qui n’ont pas assez cotisé

Le minimum retraite est revalorisé l’année 2024. Découvrez le nouveau montant de la pension qui vous concerne.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

L’inflation continue de faire rage. Les séniors, classés comme des personnes en situation de précarité, ne peuvent qu’en subir l’impact. Avec des revenus loin en deçà d’un revenu professionnel et une santé moins stable, certains peinent à vivre une retraite digne.

Pour pallier la difficulté financière chez les séniors, l’État a mis en place un minimum retraite. Le dispositif cible tous les séniors, même ceux qui n’ont pas assez cotisé. Pour les bénéficiaires d’une pension minimale, l’année 2024 commence bien. On annonce une revalorisation de leurs pensions, effective depuis le mois de janvier.

3 dispositifs de minimum retraite

Face à la crise du pouvoir d’achat, les retraités les plus modestes bénéficient de dispositifs spécifiques pour garantir un niveau de vie décent. Selon le régime auquel ils ont cotisé, ils peuvent prétendre à un minimum de retraite. Cela correspond à une somme minimale versée chaque mois. Il en existe trois sortes, selon le cas du bénéficiaire.

– Le minimum garanti pour les agents publics ;
– Le minimum contributif pour les travailleurs indépendants et les salariés du privé ;
– L’Aspa, anciennement appelée minimum vieillesse (une aide sociale et non une véritable pension).

À voir Retraite : cette situation qui permet de toucher une augmentation de l’Agirc-Arrco

Les montants revalorisés

Parmi les retraités qui profitent de cette hausse, il y a ceux qui ont cotisé sur de petits salaires. Ceux qui ont fait le plein de retraite vont toucher, au cours de cette année, 847,57 euros de minimum contributif. On parle là d’un minimum contributif majoré. Pour les autres, c’est-à-dire ceux qui touchent le contributif de base, le montant s’élève à 709,14 euros.

Les fonctionnaires ne sont pas en reste. Ils ont droit à un minimum de retraite de 1 325,01 euros s’ils ont validé tous leurs trimestres. Sinon, leur pension se trouve réduite en fonction de leur durée de service. Ce minimum s’octroie automatiquement, sans qu’ils aient besoin de faire de démarche.

Enfin, les personnes âgées qui n’ont jamais ou presque jamais travaillé peuvent demander l’Aspa, une sorte de RSA pour les seniors. Son montant a grimpé de plus de 5 % en 2024. Il est de 1 012,02 euros pour une personne seule et de 1 571,16 euros pour un couple. L’Aspa s’adresse aux personnes de plus de 65 ans qui vivent en France et qui ont de faibles revenus.

L’inflation, un fléau pour la retraite

Est-ce que ces mesures suffisent à assurer le bien-être des séniors face à l’inflation galopante ? Selon l’Insee, le taux d’inflation annuel de 2023 a atteint le plus haut niveau depuis 2012. Les prix des produits alimentaires, de l’énergie, des transports, du logement et de la santé ont fortement augmenté.

Les séniors souffrent particulièrement de cette envolée des prix, car ils consacrent une part plus importante de leurs dépenses à ces postes.

À voir Retraite : ces pensions qui seront concernées par la prochaine revalorisation

Face à ce constat, les associations de retraités réclament une revalorisation plus importante des pensions. Elles demandent également une meilleure prise en charge de la dépendance, qui représente un coût élevé pour les personnes âgées en perte d’autonomie.

L’État, de son côté, doit faire face à un double défi : assurer la pérennité du système de retraite, qui accuse un déficit chronique, et garantir la solidarité entre les générations, qui se fragilise. Il doit trouver un équilibre entre les exigences des séniors, qui représentent une part croissante de la population, et les contraintes des actifs, qui financent les retraites par leurs cotisations.

Vous aimez ? Partagez !