Vous êtes ici :   Accueil   >   France   >   Pension de retraite : mauvaise nouvelle, des milliers de retraités ne vont pas la recevoir

Pension de retraite : mauvaise nouvelle, des milliers de retraités ne vont pas la recevoir

En raison d’un bug entre France Travail et l'Assurance retraite, des séniors risquent de ne pas toucher à leur pension.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Les travailleurs inscrits à France Travail bénéficient de l’allocation chômage durant leur recherche d’emploi. Cependant, à un certain âge, cette allocation donne la place à une pension de retraite une fois les conditions remplies.

Récemment, un dysfonctionnement majeur a été mis en lumière. Cette erreur affecte les retraités qui, au lieu de profiter d’une retraite bien méritée, risquent de ne pas recevoir leur pension. L’erreur en question concerne la transition de l’allocation chômage à la pension de retraite.

Une mauvaise nouvelle pour les retraités

La tournure des événements a secoué la communauté des seniors en France. Une erreur informatique entre France Travail et l’Assurance retraite a conduit à une situation alarmante. Des milliers de seniors se trouvent frappés par une exigence de remboursement de trop-perçus d’allocation chômage. Là, il est question de plusieurs milliers d’euros.

La règle est claire lorsqu’un salarié atteint l’âge de la retraite à taux plein, fixé à 67 ans ou plus tôt pour ceux ayant accumulé suffisamment de trimestres. Une cette condition remplie, l’allocation chômage cède alors la place à la pension de retraite.

À voir Très bonne nouvelle pour les retraités : cette aide méconnue que vous oubliez de demander

Cependant, la réalité se montre moins simple. Le « bug » a entraîné une continuation des versements au-delà de la période légitime. Ce qui a par conséquent laissé les seniors dans une position précaire une fois l’erreur découverte.

Une erreur liée à l’âge de la retraite à taux plein

Capital rapporte une affaire d’allocations chômage indûment versées. France Travail se retrouve au cœur de cette controverse suite à la découverte d’erreurs de versement s’étalant sur plusieurs années.

Des seniors, ayant dépassé l’âge de la retraite à taux plein, se voient aujourd’hui sommés de rembourser des sommes conséquentes. La faute à un croisement de données tardif avec l’Assurance retraite.

Le nœud du problème réside dans le document de référence utilisé par France Travail pour déterminer l’âge de la retraite à taux plein. En effet, l’attestation de régularisation de carrière n’a pas toujours été disponible.

En conséquence, l’organisme s’est rabattu sur le relevé de carrière, moins fiable et souvent incomplet. Ce procédé a malheureusement omis des éléments cruciaux tels que les trimestres « gratuits » liés à la parentalité.

À voir Retraites Agirc-Arrco : ce service gratuit qui va faciliter la vie de ces retraités, comment en profiter

Cette lacune a induit une évaluation erronée de l’âge de la retraite à taux plein. Ainsi, France Travail a continué à verser les allocations chômage au-delà du terme légitime. Les conséquences sont lourdes pour les seniors concernés, qui se retrouvent pris au piège d’un système défaillant.

Une éventuelle perte de droits

La saga des remboursements indus de France Travail s’achève sur une note d’incertitude pour les seniors affectés. Face à la perspective de perdre des droits légitimes, l’organisme promet une analyse minutieuse des 150 000 dossiers concernés.

« À fin janvier, 50 000 dossiers l’avaient été et moins de 5 % d’entre eux ont été notifiés d’un trop-perçu puis contactés pour les accompagner dans leur démarche, soit un peu moins de 2 500 personnes. », précise France Travail auprès de Capital.

France Travail, en collaboration avec la Carsat, s’engage à traiter chaque situation individuellement. De quoi offrir un rayon d’espoir à ceux qui craignent une perte financière irréversible. Cependant, la question de la pension de retraite non perçue demeure en suspens. L’Assurance retraite évoque la possibilité d’une rétroactivité dans des cas « très exceptionnels ».

Les seniors se retrouvent ainsi à la croisée des chemins. Ils sont entre la possibilité de négocier un étalement de leur dette et le risque de ne jamais récupérer la pension qui leur était due.

Source : Capital

Vous aimez ? Partagez !