Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   AAH : les conditions pour être reconnu handicapé à 80 % et percevoir plus de 1 000 euros

AAH : les conditions pour être reconnu handicapé à 80 % et percevoir plus de 1 000 euros

Découvrez les critères pour obtenir une reconnaissance de handicap à 80 % et bénéficier d'une AAH supérieure à 1 000 euros mensuels.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Obtenir la reconnaissance d’un handicap à 80 % et percevoir plus de 1 000 euros d’AAH peut transformer la vie quotidienne. Dans cet article, nous décryptons les conditions pour bénéficier de cette aide. Cela, afin de vous guider vers une meilleure prise en charge. Découvrez comment optimiser vos chances et améliorer votre qualité de vie.

La détermination du taux d’incapacité en vue de l’AAH

La détermination du taux d’incapacité est une étape cruciale pour l’obtention de l’AAH. Tout d’abord, examinons le rôle de la Maison départementale pour les personnes handicapées (MDPH). La MDPH est le point d’entrée pour toutes les démarches liées au handicap. En effet, c’est auprès de cette institution qu’il faut déposer la demande d’AAH. Une fois la demande reçue, la MDPH lance le processus d’évaluation.

Ensuite, une équipe pluridisciplinaire de la MDPH étudie le dossier. Cette équipe rassemble des professionnels de santé, des travailleurs sociaux et des experts du handicap. Leur rôle est d’évaluer la situation globale du demandeur. Par ailleurs, l’évaluation de l’impact du handicap sur la vie quotidienne est un aspect essentiel. Pour ce faire, l’équipe utilise un guide-barème spécifique.

Ce guide permet d’analyser les limitations d’activité et les restrictions de participation sociale. De plus, l’évaluation prend en compte divers aspects de la vie quotidienne. Cela inclut la mobilité, la communication, les soins personnels et les tâches domestiques. La MDPH examine minutieusement l’autonomie dans ces domaines. En outre, cette instance considère aussi l’impact du handicap sur la vie professionnelle.

À voir Augmentation de l’AAH, APL et RSA : ce qui risque de changer pour les aides de la CAF

La capacité à travailler ou à suivre une formation figure aussi dans la liste des paramètres à évaluer. Cette dernière influence directement le taux d’incapacité. Enfin, après cette étude approfondie, l’équipe de la MDPH propose un taux d’incapacité. La Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) se charge ensuite de valider le taux. C’est cette décision finale qui détermine l’éligibilité à l’AAH.

Conditions d’obtention de l’allocation aux adultes handicapés

L’obtention de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) dépend de plusieurs conditions. Tout d’abord, examinons les critères d’âge, de ressources et de résidence. Concernant l’âge, le demandeur doit avoir au moins 20 ans. Toutefois, il existe une exception : dès 16 ans si la personne n’est plus à charge de ses parents.

Quant aux ressources, elles ne doivent pas dépasser un certain plafond. Ce dernier varie selon la situation familiale du demandeur. En effet, il est différent pour une personne seule ou en couple. Concernant le critère de résidence, le demandeur doit résider en France de façon permanente.

Cependant, des dérogations existent pour certains séjours à l’étranger. Passons maintenant au taux d’incapacité requis. C’est un élément crucial pour l’obtention de l’AAH. Le demandeur doit présenter un taux d’incapacité d’au moins 80%. Néanmoins, dans certains cas, un taux compris entre 50% et 79% peut être accepté. La CDAPH se charge d’évaluer ce taux.

Cette évaluation se base sur un guide-barème spécifique. Enfin, il est important de noter que ces critères sont cumulatifs. Autrement dit, le demandeur doit remplir l’ensemble de ces conditions pour prétendre à l’AAH. De plus, la situation du demandeur est régulièrement réévaluée pour s’assurer qu’il répond toujours aux critères d’attribution.

À voir AAH, APL… ces prestations vont connaître une très forte augmentation ?

Montant et durée de l’AAH

Le montant de l’AAH varie selon la situation du bénéficiaire. Tout d’abord, les personnes sans ressources peuvent aspirer au taux plein. Cependant, ce montant peut être réduit en fonction des revenus du bénéficiaire ou de son conjoint. Par ailleurs, la durée de versement dépend de la stabilité du handicap.

Pour un handicap dont le taux d’incapacité est d’au moins 80%, l’AAH dure pendant 1 à 10 ans. En revanche, pour un taux compris entre 50% et 79%, la durée se situe généralement entre 1 et 2 ans. Enfin, dans certains cas de handicap sévère et stable, le bénéficiaire peut obtenir l’allocation à vie. Toutefois, une évaluation approfondie de la situation du demandeur est nécessaire pour parvenir à cette décision.

Vous aimez ? Partagez !