Vous êtes ici :   Accueil   >   À la une   >   Automobilistes : ces voitures ne pourront plus rouler dès juillet, faites très attention

Automobilistes : ces voitures ne pourront plus rouler dès juillet, faites très attention

Dès juillet 2024, certains automobilistes ne pourront plus circuler librement partout en France. Ils risqueront de payer des amendes.

Montrer le sommaire Cacher le sommaire

Pendant des années, les experts mettent en garde les chefs du gouvernement contre les répercussions de la pollution de l’air. Enfin, ils prennent des décisions pour améliorer la qualité de l’air. Des décisions qui, vous l’imaginez, visent directement les automobilistes. 

En effet, une grande partie des véhicules en circulation polluent et dégagent des particules fines. Or, de nombreuses études soulignent les dangers d’une exposition à ces particules. Alors, des règles strictes se mettent en place depuis quelques années et poursuivent leur durcissement. C’est pour cela qu’à partir de juillet 2024, certains automobilistes ne pourront plus circuler librement partout en France.

Automobilistes : faire le choix de l’électrique

Face aux futures restrictions et aux impératifs écologiques, un grand nombre d’automobilistes se tournent désormais vers les véhicules électriques. La France voit une augmentation significative des bornes de recharge pour soutenir ce changement. Un changement qu’elle accueille avec bonheur, puisque les voitures électriques ne dégagent aucune pollution. 

D’après les données de la Plateforme Automobile (PFA), le syndicat des constructeurs automobiles en France, les ventes de voitures électriques ont atteint un niveau record en 2024, avec 298 522 unités vendues. Cela représente 16,8 % des ventes de véhicules neufs. 

À voir Automobilistes : attention à cet oubli qui peut vous coûter une amende colossale

Il y a évidemment des polémiques concernant les voitures électriques, et notamment les conditions dans lesquelles sont récupérés les matériaux essentiels à sa construction. Mais pour les automobilistes, faire le choix de l’électrique, c’est faire le choix de la protection de la planète.

Les automobilistes font face à de nouvelles restrictions

Quant à ceux qui roulent toujours avec des véhicules à essence, il est essentiel de se tenir au courant des durcissements de la loi. En effet, les mesures contre la pollution atmosphérique se renforcent dans les grandes villes françaises. À partir de juillet 2024, certaines agglomérations imposeront de nouvelles interdictions de circulation aux véhicules les moins respectueux de l’environnement.

Les villes concernées sont celles qui dépassent les seuils réglementaires de pollution, notamment en dioxyde d’azote (NO2). Les zones à faibles émissions (ZFE) visent à réduire les émissions polluantes générées par la circulation des véhicules motorisés en milieu urbain.

Par conséquent, à partir de juillet 2024, certains automobilistes ne pourront plus rouler librement dans les ZFE. S’ils décident de le faire et qu’ils conduisent un véhicule léger, ils risquent 68 euros d’amende. Pour les véhicules lourds, l’amende grimpe à 135 euros.

Les zones où les règles se durcissent

Découvrons ensemble les différentes villes qui ne pourront plus accueillir certains automobilistes dès cet été.

À voir Automobilistes : lourde amende en cas de dépassement de ce type de véhicule, tout le monde le fait

Dans le Grand Paris, les règles deviendront plus strictes pour les automobilistes. À partir du 1ᵉʳ juillet 2024, les véhicules Crit’Air 2, y compris les véhicules particuliers et utilitaires, seront interdits à l’intérieur du périmètre de l’A86. Cette mesure fait suite aux restrictions de janvier 2024, qui excluaient déjà les véhicules Crit’Air 4.

D’autres grandes agglomérations françaises appliqueront également des restrictions similaires. Les ZFE de Strasbourg, Rouen, Toulouse, Saint-Étienne, Grenoble, Lyon, Reims, Marseille, Nice et Montpellier devront interdire la circulation des véhicules dotés d’une vignette Crit’Air de catégorie 4, soit les véhicules diesel répondant à la norme Euro 3, généralement immatriculés entre 2001 et 2005.

Les automobilistes qui ont une vignette Crit’Air 4 (ou 5) doivent donc envisager de changer de véhicule. Sinon, ils doivent se soumettre aux règles qui limitent leur liberté sur les routes. 

Vous aimez ? Partagez !